Louer partie et la poursuite du loyer

FONTE ZOOM:
Qui est co-locataire ou sous-locataire et ce que son ou ses droits quand il se agit de poursuivre le loyer si par exemple. Le locataire principal du contrat de location avec les plus souhaite mettre fin. Comment à ce sujet pour le divorce. Toutes ces questions sont traitées dans les articles 266 t / m 271.Deze publication fait partie d'une émission spéciale sur le bail. Lien vers cette spéciale, vous pouvez trouver dans le menu de gauche. Paragraphe 3. Co Louer et la poursuite du loyer

Article 266

1. Le conjoint ou le partenaire enregistré d'un locataire est légalement co-locataire, tant que le boîtier se étend le conjoint ou le partenaire enregistré à la résidence principale, si le bail avant ou après son entrée dans le mariage ou le partenariat enregistré est fermé.
2. Les obligations en vertu du bail, sauf dans la mesure où ils étaient déjà à payer avant que le conjoint ou le partenaire enregistré a été co-locataire, le locataire et le co-locataire contre le propriétaire sont solidairement responsables.
3. Si le bail se termine vers le locataire, ce dernier co-locataire.
4. Si en vertu du paragraphe 1 conjoint ou partenaire enregistré ou en vertu d'une décision visée à l'article 826, paragraphe 1 sous un du Code de procédure civile, que ce soit en vertu d'un commun accord dans le cadre d'une demande de divorce ou de séparation lit, ou par la résiliation du partenariat enregistré n'a pas l'utilisation du domicile conjugal, cela implique l'application du présent article, aucun changement dans la résidence principale.
5. En cas de divorce ou de séparation de corps ou la cessation d'un partenariat enregistré peut déterminer le tribunal à la demande du conjoint ou du partenaire enregistré qui seront les conjoints ou partenaires enregistrés locataire de la résidence. Le tribunal détermine également la date de début du bail avec le conjoint ou partenaire. Le même jour, le bail se terminant par l'autre conjoint ou partenaire.

Article 267

1. Si ce est la demande conjointe d'un locataire et une autre personne que son domicile principal dans le salon et le locataire dispose d'un ménage commun durable, ainsi que d'un co-locataire le cas échéant, le propriétaire n'a pas déclaré par écrit dans les trois mois se mettre d'accord aussi que l'autre personne sera co-locataire, ce dernier peut et cette autre personne ainsi que d'un co-locataire se il est une, demander conjointement que le juge déterminera cette personne à partir d'une date qui sera déterminée par le jugement co-locataire sera.
2. Après une demande au propriétaire visé au paragraphe 1 a été faite, une demande de dissolution du bail au motif que le locataire contrairement à ce qui a été convenu, avec l'autre dans le salon a un ménage commun, pas plus sont alloués. Cela donne alors la base pas un motif de résiliation du bail.
3. La cour rejette la demande visée au paragraphe 1 que:
. un si la personne visée au paragraphe 1 n'a pas sa résidence principale pendant au moins deux ans dans le salon et le locataire dispose d'un ménage commun durable;
b. si, compte tenu de ce qui a été mis en place sur le ménage commun et la durée de celui-ci, la demande ne est manifestement que le champ d'application, la personne visée au paragraphe 1 à court terme pour fournir la position du locataire;
c. si la personne visée au paragraphe 1 dans une perspective financière offre la garantie insuffisante de la bonne exécution de la location.
4. Les obligations en vertu du bail sont la personne qui a conclu le contrat de location et tous les gens qui sont en vertu du présent article co-locataire ou locataire, le propriétaire responsable, conjointement et solidairement responsables, avec la condition que co-locataire ne est pas responsable des obligations étaient déjà payable avant il était co-locataire.
5. Les dispositions relatives à la résiliation du bail pour les personnes visées au paragraphe 4 se applique, sauf que une seule personne perd le statut de co-locataire, en tout cas, se il a son lieu principal de résidence ne est plus dans le salon. Si la fin du bail à l'égard du locataire, le locataire co-locataire.
6. Est ce qui concerne la salle du chapitre II du logement échéant, le co-locataire mettre nonobstant le paragraphe 5, le loyer généré que si le juge a mis un but par cette personne dans les huit semaines à partir du moment où il locataire se est établie réclamation et en tout cas aussi longtemps que cette demande n'a pas encore été décidé irrévocablement. Le juge a accepté la demande qu'à l'occasion, si le demandeur ne est pas applicable pour lui un permis de logements soumettre vertu de l'article 7 paragraphe 1 de cette loi.
7. Chacune des personnes visées au paragraphe 4 peut demander à la Cour de déterminer si une ou plusieurs de ces personnes pour déterminer le loyer d'un arrêt dans le temps ne sera plus continuer. Le juge a rejeté le produit de réclamation que si elle équitablement, en tenant compte des circonstances de l'espèce, compte tenu de la compréhension qu'il attribue la demande dans tous les cas, si le demandeur prouve que la personne à laquelle la demande se rapporte, son poste de co-locataire a obtenu en vertu d'un non en partie due à la demanderesse au propriétaire ou à une demande faite par lui recours formé conformément au paragraphe 1.

Article 268

1. En cas de décès du locataire met le loyer co-locataire si le locataire continue. Il peut embaucher dans les six mois après la mort de dénoncer bref ou lettre recommandée dès le premier jour du deuxième mois suivant la résiliation.
2. La personne qui ne est pas en vertu du paragraphe 1 locataire, mais il a sa résidence principale dans la vie et du locataire décédé a eu un ménage commune durable, mettre en avant le loyer pendant six mois après le décès du locataire; la deuxième phrase du paragraphe 1 se applique. Il continue également alors le loyer, si le juge a déterminé cet effet dans ce délai action intentée, et chaque longtemps que cette affirmation ne est pas une décision finale.
3. La cour rejette la demande visée au paragraphe 2, au moins occasionnellement:
. un demandeur n'a pas établi qu'il répond aux exigences du paragraphe 2;
b. si le demandeur dans une perspective financière offre la garantie insuffisante de la bonne exécution du contrat de location;
c. si les problèmes de logement auxquels le chapitre II de la loi sur le logement se applique si le demandeur ne soumet pas un permis de logement visée à l'article 7 paragraphe 1 de cette loi.
4. Le paragraphe 4, la première phrase du paragraphe 5 et le paragraphe 7 de l'article 267 se applique mutatis mutandis
5. sera établi qu'une personne a tort appuyé sur la continuation du bail en vertu du présent article, il reste sur le temps pendant lequel il a eu le plaisir de vivre contre le propriétaire responsable de l'exécution de la loyer qui aurait été pour lui se il avait été un locataire. A plus d'une personne est appelée à tort sur la poursuite du bail, alors chacun d'eux conjointement et solidairement responsable envers le locateur.
6. Y at-il des gens qui continuent loyer visées au présent article, la présente termine à la fin du deuxième mois après la mort du locataire. Les héritiers ont droit de résilier le bail à la fin du premier mois après la mort du locataire. Lorsque la succession du locataire doit être distribué conformément à l'article 13 du Livre 4 est de la responsabilité des héritiers visés dans la phrase précédente, à son conjoint ou partenaire enregistré.
7. Cet article ne peut pas attribuer au détriment des personnes auxquelles le présent article intitulé à la poursuite du bail et les héritiers, respectivement le conjoint ou le partenaire enregistré, tel que visé au paragraphe 6 ne sera supprimé.
8. L'article 229 paragraphes 1 et 3 ne peuvent pas être annulés.

Article 269

1. sous-location relatif à une résidence indépendante où le sous-locataire de sa résidence principale, sera poursuivie en cas de résiliation du bail entre le propriétaire et le locataire par le propriétaire.
2. Le propriétaire peut, dans les six mois après qu'il conformément au paragraphe 1 exige la sous-location a poursuivi que le tribunal doit déterminer que le loyer d'une date à être déterminée dans le jugement se terminera sur les motifs suivants:
. un l'autre partie dans une perspective financière offre la garantie insuffisante d'une bonne exécution du contrat de location;
b. la sous-location conclu avec le but apparent de le sous-locataire de fournir la position du locataire;
c. dans les circonstances aux normes de rationalité et d'équité, en tenant compte de la teneur des baux relatifs à l'espace de vie similaire ainsi que le contenu du bail résilié entre lui et le locataire et le contenu du bail continue, ne peut pas de lui se attendre qu'il continue à louer avec l'autre partie;
d. l'autre partie si les problèmes de logement auxquels le chapitre II de la loi sur le logement se applique, ne présentent pas un permis de logement visée à l'article 7 paragraphe 1 de cette loi.
3. En cas de sous-location qui peut ou ne peut pas constituer une maison indépendante, mettre la personne sur la base des articles 266, 267 et 268 est devenu locataire si le loyer a continué, à titre de propriétaire en vertu du bail se poursuit avec le sous-locataire.

Article 270

1. Le locataire qui souhaite effectuer un échange de logement peut demander au tribunal de l'autoriser à nommer un autre à sa place en tant que locataire. Si l'espace de vie Chapitre II de la Loi sur le logement se applique, le demandeur doit être un but du permis de logement des locataires proposé délivré en vertu de l'article 7 paragraphe 1 de cette loi consulter au sujet de l'espace de vie.
2. La Cour a décidé en tenant compte des circonstances de l'espèce, sauf qu'il ne peut affecter la demande, si le locataire a un intérêt substantiel dans l'échange de la vie et qu'il la rejette, si le locataire proposé à partir d'un point de vue financier pas suffisante pour assurer une bonne exécution de la location. Le juge peut rendre les conditions d'autorisation ou d'imposer ainsi un fardeau.
3. Cette disposition ne peut pas être fait au détriment du locataire.

Article 270a

Lorsque prolongation du bail sur la base des articles 266, 268 et 269 est celui qui continue la location, l'obligation de donner un avis au locateur.

Voir aussi:
  • Dispositions générales logements locatifs
  • A propos des taux de location
  • Autres frais
  • Dispositions finales loyers et frais
  • Vd la fin du bail
VOIR AUSSI:
  1.  
  2.  
  3.  
Sans commentaires

Laisser un commentaire

Code De Sécurité