Conséquences transfert v / e employés de l'entreprise

FONTE ZOOM:
"Le transfert d'une entreprise en accord judiciaire» est une mise au point spéciale la situation très particulière où ils sortent les moyens de concordat un transfert. Seulement réglé par deux articles juridiques, l'ensemble du système est principalement son origine dans la loi. Cet article porte sur les conséquences du transfert pour les employés. En principe, l'acheteur de la société est tenu de prendre toutes les employés. L'acquisition se est pas une circonstance spéciale où les travailleurs peuvent être cédés. Naturellement, le cessionnaire du transfert de tous les droits que tout employeur, et peut donc encore licencier leurs employés se il se conformant ainsi aux formalités prescrites.

Les employés bénéficient des fusions et acquisitions dans un protection générale dans la loi. Cette loi a ses origines dans la directive 77/87 / CEE du Conseil en 1977, qui visait à réglementer les droits des travailleurs dans la transition d'une société d'une manière harmonisée. En 2001, cette directive a été remplacée par la directive 2001/23 / CE.

Ces deux directives constituent la base de la convention collective ne. 32bis du 7 Juin 1985.

Même si le transfert de l'entreprise dans le cadre d'une négociation de plaidoyer, devrait prêter attention aux droits des travailleurs. Le législateur a voulu insister sur ce moyen de consultations avec les écrire explicitement.

C.A.O. pas. 32a réglemente les conséquences sur l'emploi d'un transfert d'entreprise. Il prévoit que les droits et obligations du cédant résultant du mouvement de l'emploi existant au moment de la cession par la transition vers le cessionnaire. Il appartient donc à la cessionnaire ne pas choisir librement les employés, il ne veut pas prendre le relais, comme il peut bien IGV un transfert dans le cadre d'une procédure de faillite.

Le C.A.O. également énuméré quelques dispositions spécifiques en cas d'un transfert en vertu d'une procédure d'accord. Par exemple, pour une ordinaire ?? ?? transfert, le cédant et le cessionnaire tenue conjointement et solidairement au passif découlant des accords qui existent au moment du transfert. Un transfert vertu d'une entente avec l'autre main, le cessionnaire ne est pas un débiteur, si ces dettes garanties par le Fonds d'indemnisation des salariés licenciés en cas de fermeture d'entreprise.
VOIR AUSSI:
  1.  
  2.  
  3.  
Sans commentaires

Laisser un commentaire

Code De Sécurité