Création de l'État et de l'État réforme fédérale

FONTE ZOOM:
Il est plus correct de parler, dans le cas de la Belgique sur la régionalisation à la place du fédéralisme: le point est à la divergence croissante des entités qui étaient à l'origine dans un niveau de l'Etat unitaire. À la suite de la question ?? Leuven Vlaams ?? une nouvelle génération de réalisateurs considéré réformes structurelles nécessaires pour pacifier les tensions entre les groupes linguistiques. La réforme de l'Etat qui se est passé en cinq manches: le sol Swets révisions de 1970, 1980, 1988-1989, 1992 et 2001, réformée belge unitaire à un Etat fédéral.

Le premier état: 1970

Le premier état a donné l'autonomie culturelle des communautés et d'une autonomie économique préliminaire sur les régions, sans pour autant aboutir à une institution régionale. Conseils culturels ont été établis, composé de députés de chaque groupe linguistique, chargé des affaires culturelles dans les zones linguistiques respectives.

À l'Assemblée nationale les députés ont été divisés en deux groupes linguistiques. Cette réforme de l'Etat est aussi le début des lois à majorité spéciale et la procédure sonnette d'alarme. En outre, le gouvernement représentation égale.

La régionalisation se est avéré un problème difficile: les francophones ont préconisé la création d'une Région de Bruxelles, qui était inacceptable pour les Flamands. Flamands n'a pas ?? le fédéralisme avec trois ?? lequel les Flamands serait geminoriseerd systématiquement. Elle a conduit à un blocage politique totale, en même temps que la Belgique a été frappé par une crise économique.

Le gouvernement Tindemans beklonk lorsque le pacte d'Egmont en 1977, dans lequel concessions aux francophones ont été échangés dans le Brabant flamand pour une forclusion de la région de Bruxelles. Finalement, le gouvernement est tombé et le pacte a été enterré.

La deuxième réforme de l'Etat: 1980

La deuxième réforme de l'État a élargi l'autonomie régionale avec la mise en place des paramètres régionaux. La région de Bruxelles formation a été retardée. Les Communautés pourrait exercer les pouvoirs des régions, qui ont conduit à côté flamand à l'établissement du Conseil flamand. La communauté et les puissances régionales de ce Conseil flamand. En outre, la santé et l'assistance aux personnes ont été ajoutés comme une responsabilité des communautés.

Le troisième état: 1988-1989

Cette réforme de l'État a eu lieu en plusieurs phases. Dans la première phase, de l'éducation, des travaux publics et des transports ont été transférés aux communautés et aux régions. Dans la phase suivante des finances a été révisé. La troisième phase est finalement jamais venu: qui propres communautés et régions et fournir des parlements directement élus. Bruxelles était une région de la capitale.

Le quatrième état: 1992

Le quatrième état se est produit sous la direction du gouvernement Dehaene I et inclus l'approbation des accords de la Saint Michel. Ces accords prévoyaient l'élection directe des parlements régionaux. Ainsi la Belgique a été transformée en un Etat fédéral complète en 1993.

Le cinquième état: 2001

En 2001, les accords du Lambermont suivies. Cela a conduit à plus d'argent et autonomie fiscale pour les communautés. Les régions sont responsables de la loi municipale et provinciale. Les circonscriptions provinciales ont été fixés pour la Belgique à nouveau plongé dans une grave crise politique. En 1995, la province du Brabant a été divisée en flamand et Brabant wallon, sans Bruxelles. Pour cela, l'arrondissement électoral actuel servi de Bruxelles-Hal-Vilvorde à être divisé, avec Halle et Vilvorde avec l'arrondissement de Louvain devrait former la circonscription électorale de la province du Brabant flamand. Le résultat était que les francophones dans Hal-Vilvorde peuvent plus voter dans les listes de Bruxelles. Toutes les parties de langue française ont refusé le partage, même si la situation actuelle selon le Conseil d'Etat anticonstitutionnel. En 2007, le CD & V a remporté l'élection fédérale à une entente avec la N-VA. Le cartel a promis de diviser la circonscription, mais par la résistance française ne pouvait pas le faire. En 2010, la chute du gouvernement Leterme. Elle a été suivie par de nouvelles élections fédérales, qui la N-VA fait le plus grand parti politique en Belgique. Weaver a créé un nouveau programme de réforme de l'état fondamental, dont la Belgique à un état confédéral doit transformer. Les parties de langue française ne veulent pas quitter sous la direction du PS de toucher le système de sécurité sociale et de la solidarité économique et sociale.

Lignes

Nous pouvons identifier trois grands axes dans le processus de réforme constitutionnelle.

Du unitaire à une logique fédérale
Initialement dominé le désir de préserver l'unité de la Belgique, mais domine maintenant la logique de régionalisation. Un exemple d'une logique unitaire est la Constitution de verrouillage de 1970: une réforme constitutionnelle exigeait une majorité dans chaque groupe linguistique, de sorte que la majorité démographique flamande ont été verrouillé. La répartition des fonds était la première selon une logique unitaire.

réforme de l'Etat comme un produit de décision démocratique
L'inconvénient de ce cours paisible, est son énorme complexité. Le désir flamande de construire une culture de la communauté a entraîné dans trois collectivités et le désir wallonne d'avoir leurs propres instruments socio-économiques et le désir français-Bruxelles pour diriger une structure à trois régions.

Intérêts opposés
Il ya des groupes qui ont des intérêts dans un État unitaire. Deuxièmement, il ya le conflit d'intérêts entre les préoccupations linguistiques des Flamands et les préoccupations économiques des Wallons. Troisièmement, il ya le conflit d'intérêts entre Bruxelles et en Wallonie. Ils forment depuis 1970 ou de la Communauté française, mais pas comme la Communauté flamande une véritable unité. Les Wallons et de langue française de Bruxelles ont développé chacun leur propre identité, dont Bruxelles veut préserver son individualité. La Région de Bruxelles dispose de son propre Parlement et un parti comme le DFF a préconisé l'expansion territoriale des municipalités flamandes de Bruxelles dans le Rand.

Pendant ce temps, la réforme de l'État belge à avoir créé un labyrinthe communautaire. Outre les différences politiques classiques entre la Flandre et la Communauté française de Belgique menace aussi l'ingouvernabilité du pays.
VOIR AUSSI:
  1.  
  2.  
  3.  
Sans commentaires

Laisser un commentaire

Code De Sécurité