Critique de livre: Le bibliothécaire d'Auschwitz

FONTE ZOOM:
Auschwitz ont déjà écrit beaucoup de livres. Donc, vous pourriez penser que "Le bibliothécaire d'Auschwitz" par les Espagnols Antonio Iturbe encore faire les mêmes histoires d'horreur révélées. Rien ne est moins vrai. Ce livre met en lumière un aspect peu connu de Auschwitz: le camp des enfants dans les 31 casernes avec son école secret. Une école et la vie avec des livres interdits. Livres qui sont pris en charge et gérés par une jeune fille: Dita.

Le bibliothécaire d'Auschwitz: l'histoire

Attention, ce résumé contient teasers.
Edita Adlerova est une jeune fille juive de Prague qui est tombé à travers Theresienstadt à Auschwitz. Par une heureuse coïncidence, elle est classée dans le camp de la famille. Dans le camp des enfants, fondée par Fredy Hirsch caserne 31, les enfants sont occupés avec le chant, la danse et le dessin pendant que leurs parents travaillent. Au moins, je pense que les Allemands. En réalité, il ya une école clandestine. Les enfants sont enseignés à l'aide livres réels et de vie. Les livres vivants sont des enseignants qui racontent des histoires. Dita par le commandant du camp, Fredy Hirsch, nommé bibliothécaire. Pas un emploi inoffensif. Les livres sont considérés comme dangereux et donc interdit par les nazis. Dita est donc très méfiant quand ils réservent le matin divise les enseignants et quand ils ont de nouveau dans la soirée et ramasser cachant dans un compartiment secret.

Au cours de l'une des inspections ils font connaissance étroite avec Dr. Mengele. Pour beaucoup de son temps à Auschwitz elle se sentira une peur intense de lui parce qu'elle pense qu'il garde un œil sur elle. Les livres amener les enfants et les personnes âgées que de la réalité et de leur donner le courage de continuer dans cet environnement hostile. Il donne également de l'espoir pour l'avenir. Ce qu'ils apprennent ici, ils peuvent utiliser plus tard, quand ils sont de l'enfer. Ces raisons sont également la force motrice pour le courage avec lequel ses livres Dita protégé et soigné. Lorsque le transport Septembre est emporté et Fredy Hirsch se suicide que quelque chose se brise dans Dita. Après tout, il ne l'avait jamais appris à abandonner. Mais a été la mort de Fredy Hirsch appelle un suicide? Cette question Dita occupera le reste de son séjour à Auschwitz et le tourment.

Aussi pourquoi les gens du camp des enfants épargnés humiliation et la mort, conserve beaucoup de gens occupés à Auschwitz. La fin de 1944 pour recevoir une réponse à leur question. Le camp de cette enfant a été mis en place pour faire une bonne impression sur la Croix-Rouge quand ils viennent visiter Auschwitz. Mais la visite ne est pas là et ainsi le camp des enfants est finalement arrêté. Les visiteurs du camp des enfants sont divisés en deux groupes: ceux qui sont malades et faibles et donc sera tué, et d'autre part ceux qui peuvent encore travailler. Ce dernier se installe à Bergen Belsen, avec une escale à Hambourg. Dita se animera de la guerre quand le camp de Bergen-Belsen a été libéré en 1945.

Le livre

Le livre est basé sur une histoire vraie. Dès le début vous savez que Dita prévaudra. Sur le dos du livre, il ya une photo de Dita quand elle était jeune et en exposant Dita en 2007. Writer Antonio Iturbe voulait ce livre une facette peu connue d'Auschwitz. Peu de gens savent qu'il y avait le camp des enfants présents à Auschwitz, et qui a été donnée à l'éducation de ce camp de enfants, y compris à travers les livres. Antonio Iturbe a pris son inspiration dans un livre qui l'Argentin Alberto Manguel a écrit en 2007: "La biblioteca de noche". Parce qu'il voulait en savoir plus à ce sujet, il regardait la vraie Dita. Il la trouva après quelques recherches sur Internet, quand il a voulu commander le livre d'un Ota Kraus. Ota Kraus ne est autre que l'Ota Keller de l'histoire. Dita est appelé par son vrai nom ou Dorachova Polachová, avec le nom de son mari afin Kraus. Après de nombreuses conversations avec elle, il a écrit le livre "Le bibliothécaire d'Auschwitz", en espagnol "La bibliotecaria Auschwitz". Le livre veux surtout montrer l'atmosphère et événements du camp de la famille. Livres et passages de livres, ainsi que des réflexions sur les livres jouent un rôle majeur dans l'histoire. Tous les faits dans le livre ne sont pas réels. Les lacunes de l'histoire ont été remplis avec la fiction.

Détails techniques du livre

  • Auteur: Antonio Iturbe
  • Titre original: La bibliotecaria Auschwitz
  • Titre néerlandais: Le bibliothécaire d'Auschwitz
  • Néerlandais Traduction: Joke Mayer
  • Espagne Date de publication: 2012
  • Édition espagnole: Editorial Planeta SA, Barcelone
  • Néerlandais Date de publication: 2013
  • Maison d'édition néerlandaise Meulenhoff Boekerij BV, Amsterdam
  • ISBN: 978-90-225-6643-5

L'auteur

Antonio G. Iturbe est un journaliste espagnol, né en 1967 à Saragosse et a grandi à Barcelone. Il est également éditeur de la culture pour divers journaux et magazines, y compris le magazine "Qué Leer". Antonio Iturbe a écrit plusieurs romans, à la fois pour les enfants et pour les adultes.

Propre opinion sur le livre

Le livre reprend de la première page. Il ne peut être spectaculaire et pas dire en détail toutes les horreurs du camp. Non, le livre vous plonge dans l'enfer d'Auschwitz tous les jours. Humiliations, la saleté, la trahison, la suspicion, la méfiance, la faim, la douleur, la tristesse, la colère, l'amitié, l'amour, tout est couvert. Avec une tache lumineuse dans le livre: les huit livres de camp pour les enfants et les histoires des livres vivants. Une façon d'échapper à l'horreur. Pour tout amateur de livres est cette histoire très reconnaissable. Le courage de la jeune bibliothécaire vous prend à la gorge et vous conduit à travers le livre. Il est également instructif. Vous bénéficiez également de connaître d'autres personnages célèbres de Auschwitz. Par exemple, le Dr Mengele, Fredy Hirsch et Rudi Rosenberg.

Qu'est-ce ne était pas nécessaire pour moi sont les nombreux passages du livre "Le Brave Soldat Chvéïk» par Jaroslav Hasek. Personnellement, je trouve que pas exactement drôle, mais ils sont fonctionnels. Ils consolent Dita après la mort de son père et donnent le reste des enfants après le premier massacre de retour courage. La pièce de théâtre sur Anne et Margot Frank à Bergen Belsen est un peu traîné et ne apporte pas grand-chose.

Le bibliothécaire d'Auschwitz se lit facilement et la traduction néerlandaise est très bien. Un excellent livre donc pour une critique de livre pour l'école.

Pourquoi at-on des livres interdits par les nazis?

Le fait que les nazis interdits livres et a essayé de bannir tout pouvoir a déjà été coulé sous forme de livre. Comme il est dans "La Voleuse de livres" par Markus Zusak. En 2014 est apparu le film de l'ouvrage intitulé "La Voleuse de livres". Mais pourquoi les nazis étaient tellement peur de livres? Avant la Seconde Guerre mondiale ont eu lieu à Berlin et dans plusieurs autres villes allemandes autodafés de livres. Tous les livres qui ne répondent pas aux exigences de la Chambre Culture, devaient croire. Ces livres inclus des auteurs et des livres juifs écrits sur les bonnes races autres que la race blanche. A Berlin, un monument a été érigé à la mémoire de l'autodafé. Il propose une bibliothèque sans livres, où vous pouvez regarder sur le dessus en.

Plus de livres sur le camp de la famille et la caserne 31

Le mari de Dita, Ota Kraus, a écrit le livre "Le mur peint» et Rudi Rosenberg a écrit sous le livre de nom Rudolf Vrba «Je ne peux pas pardonner", traduit en français par «Je me suis Evade d'Auschwitz" et disponible à Editions Je ai Lu et néerlandais disponibles sous le titre "Je ai échappé à Auschwitz".
VOIR AUSSI:
  1.  
  2.  
  3.  
Sans commentaires

Laisser un commentaire

Code De Sécurité