Droit au conseil en outplacement

FONTE ZOOM:
Un employé a le droit d'outplacement ou non? Depuis le Pacte des générations, nous pouvons même parler d'un devoir. Dans cet article, nous considérons la question au début de l'introduction de la main. Nous nous demandons ce qui se passe lorsque le nouvel emploi, trouvé par outplacement est perdu.

Depuis la CCT n ° 51.

CLA pas. 51 ne confère pas un droit à l'outplacement. L'employeur décide volontairement ou il offre des conseils d'outplacement à son employé ou non. Non requis CLA pas. 51 l'employé d'accepter le conseil d'outplacement.

Commentaires de l'art. 2 CLA pas. 51, cependant, que le droit d'outplacement de la part de l'employé peut être stipulé dans le contrat de travail. Cependant, il ne est pas possible de stipuler fera avancer que l'employé doit assister à une aide au reclassement en cas de licenciement, parce que l'Art. 6 de la loi sur l'emploi se oppose. Ruelens juge discutable, mais sans plus y aller.

On peut faire valoir que cette obligation, il devrait être possible, parce que les plus de 45 ans dans le système actuel peuvent également être tenus d'assister à un outplacement. Toutefois, pour ce dernier, il existe une base juridique qui diffère des contrats de travail, alors que ce ne est pas le cas pour l'aide au reclassement externe dans le cadre de la CCT n °. 51.

Depuis le 5 Septembre, loi de 2001 et la convention collective no. 82

Art. 13 de la loi du 5 Septembre, 2001 fournit un droit de reclassement pour les salariés qui sont au moins 45 ans et avoir un an d'ancienneté de service continu. Cette loi a été mise en pratique par la CCT n °. 82. Il ne existe toujours pas mention d'une exigence de la part de l'employé d'accepter outplacement. Pour l'employeur offre outplacement est devenu un devoir. Se il ne est pas conforme, il peut être puni sous la forme d'une contribution à la NEO. Toutefois, le paiement de cette contribution n'a pas publié la cause de l'employeur de son obligation de fournir un soutien d'outplacement.

Si l'employé refuse une offre d'outplacement valide, il perd son droit à l'outplacement. Ce qui distingue ?? valable ?? on entend être évalué dans la pratique. A titre d'exemple d'une offre non-valide est donné: les conseils d'outplacement qui se déroule sur un lointain loin de la maison ou au travail de l'employé concerné. Une fois, cependant, il a accepté de l'aide au reclassement externe, il doit coopérer de bonne foi à là.

Après le pacte de génération

L'employeur
L'employeur doit informer les travailleurs concernés depuis 2006 au sujet de leur droit d'outplacement. Auparavant, les employés devaient demander outplacement avec leur employeur, mais beaucoup de ce droit ne est pas encore au courant. Maintenant, ce est l'employeur qui doit prendre l'initiative. Art. 13 de la loi du 5 Septembre, 2001 a été ajusté en conséquence.

Il était équipé d'une pénalité supplémentaire pour les employeurs qui ne respectent pas les obligations en matière de soutien de l'outplacement depuis plus de 45 ans, sous la forme d'une amende administrative, parce que la contribution à la NEO ne était pas suffisamment élevé pour avoir un effet dissuasif. Cette double peine a été supprimée à la suite de l'accord interprofessionnel 2007-2008. En outre, ces employeurs risquent également des sanctions et / ou des amendes pénales pour violation d'une convention collective généralement contraignante.

Dans certaines restructuration de l'employeur est tenu d'établir un emploi ou de participer à une unité de l'emploi global, à laquelle le plus de 45 ans devraient participer.

Les employés
Le droit à l'outplacement est étendue aux préretraités qui doit être disponible pour travailler.

L'outplacement sur le droit des travailleurs introduites par la loi du 5 Septembre 2001, a été transformé en un passif. Désormais, le salarié peut encourir des sanctions dans le cadre du régime d'assurance chômage. ROBERT N. définit ?? Un employé qui refuse une offre d'outplacement convenable, pas son employeur exige qu'il fait une offre d'outplacement, ou alors ne coopère pas avec l'outplacement, sera considérée comme volontaire sans travail. Le droit aux prestations peut être lui a refusé ??. Si cela est fait avec l'intention de profiter des avantages, on peut encourir des sanctions lourdes: une perte définitive des prestations de chômage à nouveau jusqu'à ce que les conditions. En outre, il n'a pas se inscrire à un emploi créé dans une restructuration de l'entreprise peut avoir les mêmes peines.

Après CLA pas. 82bis

À partir du 1er Décembre 2007, l'employeur est tenu de faire une proposition concrète pour l'outplacement à certaines catégories de travailleurs licenciés, qui va au-delà d'une simple information. Cette obligation prend fin en cas de refus injustifié ou l'indifférence de l'employé.

Comme déjà mentionné ci-dessus, l'employé peut encourir des sanctions dans le cadre du régime d'assurance chômage pour avoir refusé une offre d'outplacement valide. Cette évolution est évident à partir de la modification de l'intitulé de la convention collective no. 82 par la convention collective ne. 82bis.

Décision

Que le système volontaire de l'offre et l'acceptation est devenu un handicap pour les employeurs et les travailleurs âgés, OI est une tendance positive vers plus de flexicurité. Comme il ressort de l'entrevue, de nombreux employés ont une image déformée du marché du travail alors qu'ils sont d'un jour à l'autre pour être renversée. En outre, l'ancienne génération de travailleurs a moins d'énergie et moins de motivation à rechercher et à commencer un nouvel emploi en fin de vie. Ils ont ensuite facturés pour aider la sécurité sociale, ce qui permet pour les dépenses de pension quitte le plateau. Ce est- ils ont besoin d'aide: un coup de main, un coup de pouce pour les obtenir mais de toute façon de retour au travail. Le soutien d'outplacement offre ce à leur suite.

Ce doit être une considération être faite au. L'obligation de l'employeur d'offrir une assistance outplacement aux personnes de plus de 45, qui vise spécifiquement à promouvoir la sécurité, pourrait bien se retourner contre. Les plus de 45 ans qui cherchent ainsi une nouvelle tâche à l'aide aide au reclassement externe, pourraient être entravées par les mêmes règles, parce futurs employeurs de cette obligation, ainsi que le coût et sur le dessus de l'autre risque ?? s, aussi garder à l'esprit. Si cela interfère avec le recrutement, la sécurité d'emploi se détériore. Le même problème peut se produire chez les travailleurs qui sont licenciés, juste avant leur 45e année de vie et le visage après cette limite d'âge avec cet obstacle. Ils sont donc deux fois pénalisés par le système. Une solution possible à ce problème serait de situer le coût du soutien au reclassement au niveau sectoriel plutôt que les employeurs individuels.

Ce que vous perdez le respect?

Lorsque le reclassement se produit dans le contexte de CLA no. 51, il peut y avoir une reprise unique. Si le salarié est licencié dans l'année suivant la nomination, il est de nouveau droit à des conseils parce que de l'agence d'outplacement. L'accompagnement commence dans ce cas dans la phase initiale dans laquelle l'employé avait trouvé son nouvel emploi. Cela signifie qu'il a droit au reste de la direction de deux ans: l'emploi avec le nouvel employeur a travaillé comme il se agissait, d'une suspension de sa direction. Cela se applique à condition que le rejet par le nouvel employeur n'a pas été donné pour des raisons urgentes.

Même si le reclassement se produit dans le contexte de CLA no. 82, il peut y avoir une reprise. Cependant, cela doit être fait dans les trois mois après le début de l'emploi. Selon la lettre de la CAO la raison de cette perte ne semble pas pertinente. Toutefois, cette reprise est plus limité que dans la CCT n ° 51:. Ici, le temps que l'employé a travaillé à son nouvel employeur pas suspensif. La somme de la première orientation, le nouvel emploi et ont repris orientation ne peut excéder un an.

Il va sans dire que l'employé en vertu d'une des s du CAO peut refuser la reprise du soutien d'outplacement.

CLA pas. 82 prévoit cependant pas aussi claire que l'ABC ne. 51 ce qu'on entend par la perte de la nouvelle relation. Il semble logique de se déplacer aussi le licenciement pour cause de fermeture de l'application.

La supervision repris cessera lorsque les employés à réintégrer l'emploi. Dans le cas où l'employé perd cette nouvelle position, il ne aura pas droit à une nouvelle reprise de l'aide au reclassement externe, même si le sinistre survient pendant la période initiale d'un respectivement. les deux ans.

Il ne est jamais prévu une reprise de l'aide au reclassement externe pour l'employé qui est une activité indépendante a commencé et cela semble sûr.
VOIR AUSSI:
  1.  
  2.  
  3.  
Sans commentaires

Laisser un commentaire

Code De Sécurité