Égalité et non-discrimination

FONTE ZOOM:
Parlez de la doctrine importante de l'égalité et la non-discrimination dans le droit belge et européen, à savoir la Convention européenne des droits de l'homme et le Pacte international relatif aux droits civils et politiques. En particulier, l'importance des ARTN. 10-11 GW en surbrillance dans la jurisprudence de la Cour d'arbitrage belge.

Reconnaissance 1 des principes d'égalité et de non-discrimination

Traditionnellement, ces droits étaient considérés comme extrêmement important. La CEDH mentionne l'interdiction de la discrimination à l'art. 14. Le PIDCP ajoute à l'art. 2, §1 interdiction similaire, et ajoute l'art. 26: l'égalité. Ce principe est à l'honneur avec une très large portée. Il soumet à l'obligation du gouvernement de traiter ses citoyens de manière égale, à tous les niveaux. Tous les droits et les devoirs qui lui sont imposées, peuvent être testés contre ces principes.

Art. 14 de la CEDH et de l'Art. 2, § 1 du PIDCP ont une portée beaucoup plus limitée: ils détiennent une interdiction de la discrimination à l'égard des droits fondamentaux qui y sont mentionnées.
Ils soutiennent donc au gouvernement une obligation positive: la limitation des droits fondamentaux ne devrait pas être imposée discriminatoire.
Le Protocole n ° 12 à la CEDH établissent le principe de l'égalité en général, mais ce était par un certain nombre d'Etats, dont la Belgique, pas encore ratifié.

La Constitution a fait une énorme importance. Ils se trouvent dans le titre II, en particulier les articles 10, 11 et 11. Art. 10 pose le principe de l'égalité, Art. 11, première phrase énonce l'interdiction de la discrimination à l'égard des droits des Belges. Articles 10 et 11 expriment le même fait, ils sont les deux faces de la même moi-Daille. Égalité met peut-être plus l'accent sur les obligations positives, tandis que les non-discrimination qui met davantage l'accent sur les obligations négatives.

Articles 10 et 11 GecGW ont été très importants parce que la Cour d'arbitrage depuis 1989, les lois, décrets et arrêtés peut Keys. Les articles étaient par les rédacteurs de la Constitution ne est pas considéré si important, mais la Cour d'arbitrage les a élevés à très important.

2 Le champ d'application de la Constitution, les articles 10 et 11

Ce sont des règles générales, ils ont une portée, cette portée ne se limite pas aux droits du titre II. Ils couvrent tous les droits contenus dans la Constitution ainsi que les conventions internationales, lois et décrets, etc. Ils sont donc applicables aux obligations imposées par le législateur si ordinaire.

Quels sont les critères pour déterminer se il ya une violation?
La Cour d'arbitrage a eu son droit ab initio alignés sur ceux de la CEDH en ce qui concerne l'art. 14 de la CEDH.
L'égalité ne est pas équivalent à une interdiction de la discrimination; ne impose pas un traitement identique. Cela signifie simplement que toute différence de traitement doit être justifiée raisonnablement.
Une justification est raisonnable si deux conditions sont remplies:
Distinguished o.b.v. un critère objectif, pas o.b.v. quelque chose qui dépend d'une évaluation arbitraire.
La sentence doit être justifiée à la lumière de l'objet et les conséquences. En d'autres termes, il doit y avoir une relation de proportionnalité entre l'objectif poursuivi et les moyens employés. Il devrait y avoir aucune charge indue reste de la catégorie de personnes défavorisées.

Il ya autre chose qui est propre à la Cour d'arbitrage, et effectivement en Belgique, et est soutenu par les décisions antérieures de la Cour de cassation.
La Cour constitutionnelle a toujours jugé qu'une justification raisonnable peut être offert que si le contrôle négatif se est pas contraire à une norme plus élevée.
Alors, quand une différence dans les règles pour deux catégories, le prix ne peut pas être raisonnablement justifiée que la catégorie lésée vertu d'une entente est contraire à une norme plus élevée. En d'autres termes, ce qui est illégal ne est pas responsable mot civière. De cette façon, on peut tester les conventions internationales, les constitutions nationales et les principes généraux de portée constitutionnelle.
A première vue, ce raisonnement semble très logique, seulement à la seconde vue, elle donne la preuve d'une très grande créativité en raison de l'arbitrage:

Cela signifie savoir que la Cour d'arbitrage indirectement lois, décrets et règlements peut et devrait tester les traités internationaux. En pratique, cela est encore très souvent.

Un exemple d'un test à travers l'ARTN. 10 et 11 GecGW un traité international auquel la Cour d'arbitrage ne est normalement pas autorisé, le jugement prévoit 5/2004 d'arbitrage. Il se agit de la loi sur le droit à l'intégration sociale. CPAS ?? s intervenir dans le salaire, travailler avec les chômeurs pour un emploi, etc. Il peut offrir ses services aux Belges et à certaines catégories d'étrangers, à savoir :. ressortissants d'un État membre de l'UE qui régulièrement et pour un certain temps résidant en Belgique, et dans la mesure où ils sont couverts par un règlement européen sur les travailleurs immigrés. Précisément cette différence de traitement a fait l'objet de litige.
La Cour européenne de justice avait déjà jugé que l'un ARTN. 13 et 17 viole le traité CE que l'on distingue obv dudit règlement. La Cour d'arbitrage que le raisonnement est reconnu, et a suggéré que la loi était contraire à l'ARTN. 13 et 17 du traité CE, cependant, par ARTN. 10 et 11 GecGW.

3 La législation visant à lutter contre la discrimination

La loi impose une obligation positive pour le gouvernement, à savoir prendre des initiatives contre la discrimination, comme la loi du 25 Février 2003 sur la lutte contre la discrimination dans la fourniture de certaines actions par les particuliers et par le gouvernement. Il est indéniable qu'il ya un devoir envers les citoyens, de même doit être donné effet horizontal à ces initiatives de la législation.
Pour la loi, il ya un aspect criminel qui incitation à la discrimination, à la haine et à la violence contre des groupes particuliers est punie.

La loi du 25 Février 2003 a entraîné été contestée à la Cour d'arbitrage, et avec succès. Certaines phrases de la loi ont été détruits, de sorte que la loi a effectivement été donné un plus large champ d'applications.

4 règles spéciales sur l'égalité de l'homme et de la femme

En fait, que l'égalité découle également de la loi du 25 Février 2003. Toutefois, à la fois cette égalité est toujours souligné en particulier dans les constitutions et les dispositions internationales.
En 2002, un nouveau membre est ajouté à l'art. 10 GecGW et un nouvel art. 11a se GecGW. Ce nouvel art. 11a GecGW déclare que tout gouvernement imposera une obligation explicite de promouvoir l'égalité entre les hommes et les femmes. Le législateur constitutionnel certain que dans un certain nombre d'organismes de politiques dirigeants désignés au moins une personne de chaque sexe doit se asseoir. Le gouvernement fédéral est que ?? quota ?? ridicule: que ce est une personne sur quinze. Mais le gouvernement de la communauté germanophone, ce est beaucoup moins le cas que ce est une personne sur trois.
VOIR AUSSI:
  1.  
  2.  
  3.  
Sans commentaires

Laisser un commentaire

Code De Sécurité