Être poursuivi devant la Cour pénale internationale

FONTE ZOOM:
Si un procès doit être déposée contre toute personne soupçonnée de crimes de guerre par la Cour pénale internationale à La Haye, ce qui se passe? Qui peut déposer une plainte? Qu'advient-il du prisonnier?

La Cour pénale internationale à La Haye

est engagée dans la poursuite d'individus pour
  • crimes de guerre
  • crimes contre l'humanité
  • génocide.

La Cour pénale internationale ne entend cas:
  • si le pays où le crime a été commis, ou le pays d'où le délinquant arrive, est affilié à la Cour.
  • La condition est que les États ont compétence sont réticents ou incapables d'enquêter sur l'affaire elle-même ou à traiter.
  • Les crimes doivent avoir été commis après le 1er Juillet 2002.

Histoire

Il y avait depuis la fondation de l'Organisation des Nations Unies déjà la nécessité d'établir une Cour pénale internationale.
Divisions en cours entre les États membres de l'ONU à ce sujet, mais il se est arrêté très longtemps.
Au fil des ans, il y avait tribunaux occasionnels pour dénoncer les crimes de guerre, tels que le TPIY et le TPIR. La nécessité démontrée pour ces tribunaux a la création d'un institut de droit pénal élan international.
  • En 1998, il y avait un projet de texte achevé du Statut de la Cour pénale internationale: Statut de Rome.
  • Le 11 Avril 2002, le nombre requis de soixante pays qui ont ratifié a été réalisé, permettant la CPI pourrait commencer le 1er Juillet 2002.
  • En 2002, le Conseil européen se est félicité de la Cour et a déclaré la CPI à considérer très important pour la défense des droits humains fondamentaux.
  • La Cour pénale internationale doit jouer un rôle essentiel dans la prévention de l'impunité pour génocide, crimes contre l'humanité et crimes de guerre.

Procédure menant à la poursuite d'un criminel

La Cour pénale internationale est une institution indépendante qui travaille en étroite collaboration avec les Nations Unies.
Procureur en chef de la Cour pénale internationale en 2011, l'Argentin Luis Moreno-Ocampo. La fonction de la procureur en chef est essentiellement la même que dans le procureur pénal néerlandais.

Initiation:
la poursuite dans trois cas peut ouvrir une enquête formelle qui pourrait conduire à des poursuites:
  • Si un accord est en soi une situation à la Cour se réfère,
  • l'application Conseil de sécurité des Nations Unies au chapitre VII de la Charte des Nations Unies référer toute situation au Procureur,
  • le procureur peut, à sa discrétion, sous réserve de l'approbation de la Chambre préliminaire de la CPI enquête sur les crimes présumés relevant de la compétence de la Cour commis sur le territoire d'un État partie ou par une personne ayant la nationalité d'un État.

Après que le Bureau du Procureur a mené des missions de recherche peuvent être émises avec suffisamment de preuves "de crimes visés par des mandats d'arrêt le Statut de Rome». Dans le cas de l'Organisation des Nations Unies qui se passe immédiatement au procureur de délivrer des mandats d'arrêt.

La détention du prisonnier

  • Le centre pénitentiaire de la CPI est logé dans une prison néerlandaise de Scheveningen
  • Le centre de détention de la CPI pour assurer inzekerheidsstelling sûr, sécuritaire et humain pour les personnes détenues par la Cour pénale internationale.
  • L'administrateur du centre de la CPI a la responsabilité globale de tous les aspects de la gestion du centre de détention, y compris la sécurité et l'ordre.
  • Le directeur prend toutes les décisions telles que fixées dans les règles de l'article 90 du Statut de la Cour.
  • Le gestionnaire de la CPI se efforce d'assurer le bien-être mental, physique et spirituel des personnes arrêtées dans un système de détention efficace, avec une attention à leur diversité culturelle et leur développement en tant qu'individus.
  • Afin d'atteindre cet objectif est l'horaire quotidien du centre de détention est possible que les personnes arrêtées ont accès à l'air frais, les loisirs et les activités sportives. Ils ont accès à la bibliothèque, peuvent suivre les nouvelles et regarder la télévision.
  • Les détenus ont accès à des installations informatiques de travailler sur leur propre entreprise.
  • Si nécessaire, les détenus ont la possibilité d'assister à des cours d'informatique.
  • Chaque détenu dispose d'un ordinateur dans son / sa cellule, qui est relié à un ordinateur spécifique de la Cour.

Droit à la vie privée dans le centre pénitentiaire de la CPI

Seulement la défense du prisonnier a accès à l'ordinateur de la personne arrêtée.
La défense peut télécharger matériel connexe cas dont l'accès aarestant et qu'il peut faire des observations.
Le droit d'un prisonnier à la vie privée dans son / sa défense est reconnu et l'importance pour lui / elle de communiquer librement avec le représentant diplomatique ou consulaire de son / son pays d'origine. Un prisonnier a le droit de communication confidentielle avec des gens qui entrent dans ces deux catégories.
En outre, les détenus le droit de visite d'un pasteur ou un conseiller spirituel de leur religion ou de conviction, qui est une zone allouée dans le centre de détention.

visites familiales

En vue de maintenir les liens familiaux, tel que défini dans le Règlement du Greffe, l'administrateur accorde une attention particulière à la visite de la famille et de visiter le conjoint ou le partenaire du prisonnier
L'administrateur peut, si nécessaire, prendre des mesures pour aider la famille avec les procédures nécessaires.

Les personnes arrêtées sont équipées avec de la nourriture convenablement préparée qui répond à la qualité et la quantité des normes de la diététique et de l'hygiène moderne.
En outre, les détenus sont autorisés à cuisiner eux-mêmes. Ils doivent soumettre une liste au centre de détention.

Le CICR, organe de contrôle

Conformément à l'accord entre la CPI et le Comité international de la Croix-Rouge, a conclu le 29 Mars 2006, le CICR agissant en tant qu'organe de contrôle d'accès illimité au centre de détention.
Les délégués du CICR à visiter la CPI à l'improviste dans le but d'enquêter sur le traitement des détenus, leurs conditions de vie et de leur physique et bien-être psychologique, conformément aux normes internationales généralement acceptées pour le traitement des personnes privées de liberté.

Les personnes arrêtées sont innocents jusqu'à preuve du contraire.
Si le prisonnier est condamné pour les crimes relevant de la compétence de la CPI, ils purger leur peine pas dans le centre pénitentiaire de la CPI parce qu'il n'a pas facilité pour la surveillance des détenus condamnés.
Ils seront généralement transférés dans une autre prison aux Pays-Bas ou ailleurs si cela est convenu avec l'autorité plaignants d'origine ou le pays de naissance.

Il est possible que le centre de détention de la CPI dans le cadre de l'acte d'accusation contact avec les co-auteurs et co-détenus privés.
VOIR AUSSI:
  1.  
  2.  
  3.  
Sans commentaires

Laisser un commentaire

Code De Sécurité