Kees van Dongen, peintre par excellence des femmes et des divertissements

FONTE ZOOM:
Cornelis Theodorus Marie van Dongen est un peintre néerlandais-français. Il faisait partie du flux qui est indiqué par le terme Fauvisme. Autres peintres de ce mouvement inclus Matisse, Vlaminck, Dufy et Braque. Typique de ces artistes est l'utilisation de couleurs pures vives. Comme le Néerlandais Van Dongen né a passé beaucoup de sa vie en France et également acquis la citoyenneté française.

Jeunesse

Kees van Dongen est né à Delfshaven dans une famille de quatre enfants. Son père possédait une maison de malt. Un malt est une usine où le grain de malt est fait. Le malt est utilisé entre autres pour la fabrication de la bière. La société était à côté de la maison où Kees a grandi. Sur le front et l'arrière de la maison était l'eau. Par la fenêtre, il y avait une vue sur les bateaux qui étaient dans l'eau. La lumière, la couleur et la vie dans la ville déterminés le sort du peintre Van Dongen depuis son enfance. Dès le début il a été découvert aussi le talent artistique de Mike. Cependant, il n'y avait pas d'argent pour une éducation artistique adéquate. De sa quatorzième Kees a dû travailler. Entre 1896 et 1898, il a suivi les cours du soir à l'Académie des Beaux-Arts et des Sciences appliquées. Ce était situé sur le bord de la zone de lumière rouge de Rotterdam, où beaucoup étaient marins. Ceux-ci et les prostituées et les danseurs ont fait l'objet de beaucoup de travail de Van Dongen. Ce était un quartier animé avec des cafés, des bordels, des stands de bonbons, bref, un environnement excitant pour un artiste en herbe.

Paris

En 1897, vingt ans, Van Dongen se installe à Paris. Là, il pouvait à peine pourvoir à son entretien. Il est resté dans l'atelier du peintre Siebe Cate à Montmartre. Après le démarrage en 1998 d'avoir été de retour un peu de temps à Rotterdam, où il se est consacré à des illustrations pour l'Rotterdam Nieuwsblad, Van Dongen se installe définitivement à Paris depuis 1900. Là, il a d'abord été le dessin et illustrant magazines. Son style de dessin lisse tourne sans effort dans un style de peinture qui l'emmène dans l'environnement des Fauves français. Ce mouvement montre son travail pour la première fois au salon d'automne 1905 où le travail de Kees van Dongen.

Fauvisme

Fauvisme était à cette époque un phénomène nouveau. Ce était une manière de peindre beaucoup plus expressive que celle utilisée jusque-là. En particulier l'utilisation de couleurs pures non mélangées typiques des Fauves. Van Dongen est situé à Paris entre le français et développe sa propre identité. Son travail ne est pas tant française orientée, comme celle de ses collègues parisiens, mais plutôt une orientation internationale. Il visite l'Espagne, le Maroc, la Tunisie, l'Egypte et les Pays-Bas. Son travail diffère donc de l'art cubiste plus nationaliste des Français. Le travail de Van Dongen est clairement influencée par les différentes cultures dont il a connaissance.

Le sommet de sa gloire

Une fois installé à Paris, Van Dongen implique un grand studio à Montparnasse, où il ne reçoit pas seulement ses amis artistes, mais organise également des soirées dansantes. Pendant ce temps, il est devenu un célèbre artiste. La vie culturelle à Paris est plus ou moins silencieux par le déclenchement de la Première Guerre mondiale. Après cette vie de guerre est à Paris à pleine vitesse avant et de savoir Van Dongen à attirer l'attention sur son travail. Il fait des portraits de personnes du monde du cinéma et du théâtre avec laquelle il est très réussie. Van Dongen se installe dans un grand studio. Les parties et qu'il donne jouer un rôle important dans la façon dont il a tant qu'artiste sort. Il est à la hauteur de sa renommée et de profiter de cette vie. Il a les commandes pour le savoir. En 1929, il est naturalisé Français. Il peint dans les années vingt portraits surtout dans les cercles à la mode de Paris. Van Dongen était devenu plus français qu'anglais.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Van Dongen a essayé autant que possible de continuer à peindre. Il ne sort pas trop sur les circonstances. Après la guerre, il est resté actif en tant que peintre, alors qu'il est également toujours engagé à faire des graphiques. Il lithographies et illustré de nombreux livres. Van Dongen est resté actif dans la vieillesse en tant qu'artiste et a pris part à la vie nocturne.

Son travail aujourd'hui que dans des collections privées situées dans le Musée Boijmans van Beuningen à Rotterdam, le musée municipal de La Haye, le Stedelijk Museum d'Amsterdam et le Stedelijk van Abbemuseum à Eindhoven.

La femme

Se il est un sujet qui fait partie de l'œuvre de Van Dongen il est «femme». Il a appelé les femmes "les plus beaux paysages." Ses dessins de filles du quartier rouge de Rotterdam ont causé un scandale. Travaux de femmes nues ont été retirés en 1949 d'une exposition au musée Boymans-van Beuningen à cause du tumulte qui avait surgi sur elle. Il a peint l'ami de Picasso et a réalisé des affiches lithographiques de Brigitte Bardot. Il dépeint souvent les femmes dans des couleurs vives et avec de grands yeux. Ses nus sont devenus très bien connus.

Self Kees van Dongen a été marié deux fois. En 1901, il a épousé Juliana Augusta Preitinger. Ensemble, ils eurent un fils et une fille. En 1921, le divorce fin à ce mariage. En 1953, Van Dongen a épousé Marie-Claire Huguen. De ce mariage naquit un fils. Van Dongen se installe en 1965 à Monte Carlo, où il est décédé dans une clinique en 1968.
VOIR AUSSI:
  1.  
  2.  
  3.  
Sans commentaires

Laisser un commentaire

Code De Sécurité