La liberté d'expression dans la CEDH

FONTE ZOOM:
Le traitement de la liberté d'expression et le droit à l'information dans la Convention européenne des droits de l'homme, brève discussion.

La liberté d'opinion et d'expression, et le droit à l'information

Nous devons être très conscients de l'importance de la liberté d'expression dans une société démocratique. Une société où toutes les opinions peuvent être exprimées, est statique, et ne laisse aucune possibilité de se opposer. De cette façon, changer que très rarement. Les gens au pouvoir sont les détenteurs du pouvoir, et l'intérêt de l'Etat ne est plus servi en premier lieu. La CEDH et les juridictions nationales attachent une grande importance à ce droit fondamental.

Articles pertinents:
  • Art. 10 de la CEDH
  • Art. 19 PIDCP
  • Art. 19 GecGW lu conjointement avec l'art. 25 GecGW.

La censure est une certaine mesure préventive, dit une opinion ne doit pas être prononcé. La censure ne est donc pas une répression posteriori. Ce est parfaitement possible, le contrôle devrait une fois exprimé l'opinion.

  • Est-ce que l'interdiction de la censure que pour la presse?
La Constitution stipule sorte que l'interdiction sur les mesures de lutte préventive. La CEDH ne fait pas.

1 Portée

Art. 10, 1 ° de la CEDH
Toute personne a droit à la liberté d'expression: ce est le droit d'avoir des opinions et de recevoir et transmettre des informations.
Il existe deux catégories distinctes de données:
  • paragraphe 1: L'information: ce sont des faits qui peuvent être vérifiés et donc vraie ou fausse.
  • paragraphe 2: opinions et des idées: ce ne sont pas faits, ce sont des jugements de valeur, appréciations personnelles.

La jurisprudence montre que la forme des expressions d'opinion qui n'a pas d'importance. La parole et imprimé est soumis à, mais aussi des œuvres d'art, un morceau de musique ou une peinture.

La presse jouit d'une protection spéciale dans notre Constitution: art. 25, 1 ° Etats l'interdiction sur les mesures préventives et Art. 150 fait la cour d'assises chargée de délits de presse, à l'exception de ceux qui sont motivés par le racisme ou la xénophobie. Par le transfert de juridiction sur les délits de presse à l'une cour d'assises rend l'délits de presse de facto quasi-impunité. Aucun procureur ne ose dépenser ?? n crime pour un jury de personnes.

Le contenu de l'avis est sans importance. Toute opinion mérite essentiellement protection. Que dans chaque et explicitement déclaré par la CEDH: la liberté d'expression se applique non seulement aux opinions qui sont bien accueillies mais aussi des opinions qui ne sont pas traditionnels. Le ci-dessus sont les points de vue du choc de la majorité qui méritent protection. Ce est ici, bien sûr, un grand avis de réservation motivés par le racisme et la xénophobie.

2 passif négatif pour le gouvernement

L'obligation négative est l'interdiction de toute ingérence.

On a la liberté d'avoir des opinions; et on a le droit à cette opinion par donner et à recevoir. La loi joue donc sur les deux côtés de la relation qui joue souvent entre un média particulier et le grand public.

3 Exceptions à l'obligation négative

3.1 Nature de l'ingérence autorisé
Art. 10 § 2 de la CEDH stipule conditions formalités, conditions, restrictions, sanctions ?? qui doit être conforme limiter ce droit fondamental. Chaque confinement conséquent, devra répondre à certaines exigences.

La Constitution belge va au-delà de la CEDH en ce qui concerne l'interdiction sur les mesures préventives. Ce genre d'interférence, cependant, être reconnu par la CEDH comme la pire espèce. Dans ce cas, une disposition même pas eu la chance de se exprimer. La CEDH est très stricte, mais la CEDH ne est pas a priori suggère que des mesures préventives ne peuvent pas. Il en va de la Constitution belge ne. En Belgique, les dommages causés par l'expression d'une certaine opinion seulement après être restauré. Tout d'abord, l'opinion doit être exprimée, seulement alors qu'ils peuvent être testés.

3.2 Conditions de recevabilité de l'ingérence
Toutes les restrictions doivent se conformer à la liberté d'opinion avec les conditions prévues à l'art. 10, 2 ° de la CEDH et de l'Art. 19, 3 ° du PIDCP:
  • L'existence d'une base juridique dans le droit national
  • L'existence d'un but légitime
  • L'existence d'une nécessité dans une société démocratique
Art. 19 GecGW ne dit pas dans quels cas la liberté peut être limitée. Cet article doit donc être lu conjointement avec les dispositions de la CEDH et le PIDCP.

3.3 Une interdiction absolue?
Il se agit d'une interdiction absolue pour l'expression de certaines opinions? On suppose donc.
Articles pertinents:
  • Art. 17 de la CEDH
  • Art. 5, 1 ° PIDCP
Les droits fondamentaux ne peuvent pas être invoqués pour faire des choses pour détruire les droits d'autrui. Libertés ne se appliquent pas aux ennemis de la liberté. Ce est le plus souvent appliquée à la liberté d'expression, lorsque des groupes extrêmes pour diffuser des opinions racistes ou intolérantes. La CEDH et les juridictions nationales considèrent souvent que ces énoncés ne sont pas tolérables.

4 L'obligation du gouvernement de prendre des mesures positives

Le gouvernement a l'obligation de veiller à ce que les opinions peuvent être exprimées? La loi considère que ce est parfois le cas. Le gouvernement a, dans certaines circonstances, le devoir de protéger les journalistes et la presse en général, en cas de danger. Des tentatives ont été faites pour déduire de ces dispositions que le gouvernement a le devoir de faire toutes les informations qu'ils ont accès à tous les ressortissants. Cependant, la CEDH a jugé que l'accès du public aux documents administratifs va trop loin. Art. 32 GecGW reconnaît ce droit aux citoyens belges, sauf dans les cas où la loi empêche cela.
VOIR AUSSI:
  1.  
  2.  
  3.  
Sans commentaires

Laisser un commentaire

Code De Sécurité