La Mauritanie et la fin d'une expérience démocratique

FONTE ZOOM:
Ce ne était pas printemps arabe et a eu lieu des années avant que les manifestations de masse à ce titre dans la région se sont accélérées. Il a commencé en 2005 et était un changement unique dans l'un des pays les plus pauvres du monde: la Mauritanie. Ce était une expérience démocratique qui pourraient ne durera que quelques années ?? et est passé largement inaperçu par le monde.

Islam

La population de la Mauritanie est près de 100 pour cent de musulmans. L'attention négative que l'Islam est aujourd'hui en partie, est généralement reconnaissants illustré avec des références à la redoutable - en particulier l'Iran et l'Arabie saoudite. Islam et la démocratie sont incompatibles, mais en attendant, mettre les musulmans dans le monde arabe littéralement leur vie sur la ligne pour exiger les droits civils. Son massivité est sans précédent, mais à long avant le printemps était arrivé dans la région ne est pas rare exprimé publiquement son mécontentement.

Un coup d'Etat sans effusion de sang

Dans les pays pauvres, il est difficile de construire la démocratie. Plus frappant est celui en Mauritanie, qui a une histoire de coups d'Etat militaires successifs, a été de courte durée que possible. Les changements appliqués dans un sens, dans cette tradition, car ils ne sont pas venus d'en bas se tenir, mais aux mains de soldats qui ont pris le pouvoir par un coup d'Etat. Cependant, leurs intentions étaient très différentes de la population a déjà été habitué.

Le coup d'Etat a eu lieu le 3 Août 2005. Ce jour-là les émissions des médias d'Etat ont été interrompus et l'aéroport et de nombreux magasins ont été fermés. Incidemment tirs a été entendu et plusieurs officiers supérieurs de l'armée ont été arrêtés il. Dans la capitale Nouakchott beaucoup ont pris les rues pour accueillir le changement de pouvoir.

Les nouveaux dirigeants ont annoncé qu'un Conseil Militaire pour la Justice et la Démocratie provisoirement serait gouverner le pays, au lieu du régime totalitaire ?? ?? Président Maaouiya Ould Sid Ahmed Taya.

Le conseil a sa tâche à la Mauritanie dans une démocratie. Dans la course à cette fin, ils seraient gouverner le pays pendant une période transitoire de deux ans, et a dû suivre des élections libres et équitables. Le nouveau chef est le colonel Ely Ould Mohamed Vall.

prisonniers de sortie

Quatre jours après le coup d'Etat, le 7 Août, les nouveaux dirigeants injonction à la libération de 21 militants islamiques. Ils ont été emprisonnés sur des accusations d'avoir des liens avec l'Algérie à venir Groupe salafiste pour le combat et la prière qui était également actif en Mauritanie. La raison est qu'il n'y avait aucune preuve convaincante pour les allégations.

La nouvelle direction du pays a montré les prisonniers politiques, y compris les membres de l'opposition islamique et, sous l'ancien régime à la répression généralisée obtenu. Aussi soldats critiques qui avaient conspiré à une tentative de coup d'Etat par le président déchu Taya venus en général. En outre, l'amnistie générale a été accordée aux exilés politiques qui sont restés dans les pays africains voisins ou en Europe.

Des élections libres

Le conseil militaire a présenté sur Octobre 20 plans pour la transition ?? s la Mauritanie à la démocratie. Ils ont proposé de tenir des élections dans l'année cinq fois. Premièrement, la population pourrait se exprimer dans un référendum sur des changements constitutionnels. Puis se produirait municipal, suivie par l'élection des membres des deux chambres du Parlement - l'Assemblée et le Sénat rationnelle ?? et sera finalement tenu des élections présidentielles. Le 29 Décembre, un décret militaire a été rendu public, affirmant que les candidats indépendants étaient admissibles à un poste politique local. Un responsable du gouvernement a donné l'explication que la mesure visait à donner ?? Mauritaniens choix démocratiques qui existent dans toutes les démocraties du monde ??.

Le référendum organisé le 25 Juin, 2006 a entraîné une très large majorité en faveur d'un amendement constitutionnel. L'élément clé, ce est que la présidence pourrait prendre jusqu'à deux mandats de cinq ans. Au cours des six dernières années et cette période pourrait être prolongée indéfiniment. Futurs chefs avaient en outre de prêter serment qu'ils accorderaient en aucun cas coopérer avec des tentatives pour changer ces nouveaux règlements. Le président comprendrait le pouvoir de nommer le Premier ministre, mais une telle décision devait être soumis au Parlement.

Les élections à l'Assemblée nationale le 19 Novembre et le 3 Décembre 2006, ont vu une hausse de respectivement 73,4 et 69,5 pour cent. Les élections pour le Sénat ont eu lieu le 21 Janvier et 4 Février 2007. Selon les observateurs locaux et internationaux, les élections se sont déroulées de façon équitable. Sidi Ould Cheikh Abdallahi candidat indépendant, après deux tours des élections du 11 et 25 Mars, a été élu président de la Mauritanie. Les observateurs internationaux, y compris de l'Union européenne, a qualifié les élections ?? libre, juste et transparent ?? et a constaté qu'ils étaient pacifiques. Le colonel Vall, le chef intérimaire du pays, les élections ne était pas un candidat lui-même et a annoncé une étape inhabituelle de Leadership: après l'achèvement du processus électoral, il se retirerait du pouvoir politique. Plus tard révélé qu'il avait tenu parole.

Justice et la tolérance

Lors de sa première conférence de presse après son élection comme président à la fin de Mars, Abdallahi a promis à la Mauritanie afin de créer un pays qui respectait les normes de la justice et le développement économique. Il a déclaré qu'il travaillerait pour une démocratie pacifique fondée sur ?? tolérance et d'acceptation afin de renforcer l'unité nationale ??.

Le nouveau chef de l'Etat a accordé une attention particulière à la question du racisme, qui il a évoqué les relations tendues entre les Maures - un mélange d'Arabes et de Berbères - et les Africains noirs qui étaient subordonnés. Abdallahi a été installé le 19 Avril à Nouakchott en tant que président. Il a prêté serment sur le Coran à la main et l'inauguration était un fait avec 21 coups de canon.

La censure abolie

En Mars 2006, le gouvernement militaire provisoire a décidé d'autoriser la création de stations de radio et de télévision privées. Le 8 Juin, il était aussi connu que la fin a été fait pour les mesures de censure juridiques pour les médias. Une nouvelle loi sur les médias mis journaux ne demandent plus l'obligation de l'autorisation du gouvernement avant d'être autorisés à publier.

Commission nationale des droits humains

En mai, une commission nationale a été créée qui devait assurer la protection des droits de l'homme. Ils pourraient jouer un rôle d'intermédiaire entre les organisations gouvernementales et de la société civile et de fournir des conseils sur le droit relatif aux droits humains. La commission a fait plusieurs militants des droits humains, des journalistes et des représentants d'une partie de la société civile.

Les salaires et la corruption

Le colonel Vall a été annoncé le 28 Décembre 2005, que depuis le début de la nouvelle année, les salaires des fonctionnaires de 50 pour cent iraient jusqu'à. Cela a été en partie motivé par l'espoir que d'où la corruption généralisée pourrait être freinée. Le gouvernement a également décidé de la fiscalité sur les salaires des employés dans les secteurs public et privé afin de réduire de 30 pour cent. Les pensions des fonctionnaires et des militaires ont augmenté de 15 pour cent.

Pendant ce temps, le gouvernement a installé le 2 mai 2007, la décision que le Président, le Premier ministre et les ministres divulgation ont été tenus de respecter leurs biens. Un mois plus tard, le 7 Juin, le gouvernement a annoncé que, pour ses membres et pour le président une réduction de salaire de 25 pour cent a été mis en œuvre. Elle motivée par la décision de renvoyer les baisse des recettes pétrolières de l'Etat qui avaient conduit à un déficit budgétaire et de l'écart salarial qui existe entre les politiciens et les fonctionnaires. Ministres mérité à cette époque environ treize fois les fonctionnaires.

La loi plus équitable

Tribunaux mauritaniens émises en Juin et Juillet 2007, environ le terrorisme soupçonne gratuits et d'autres ont donné une peine beaucoup plus faible que le procureur avait demandé. Selon les avocats les déclarations ont marqué un pas important vers un système judiciaire indépendant. Le verdict favorable pour les accusés reposait en partie sur le fait que les déclarations de la police ont été obtenus par la torture ou d'autres formes de contrainte.

Loi contre l'esclavage

Le parlement de la Mauritanie a voté le 8 Août à l'unanimité d'une législation prévoyant des peines sévères d'esclaves de maintien, une pratique qui existe encore dans le pays. Également défendre l'esclavage par le travail artistique était punissable. Les peines maximales sont respectivement de dix et deux ans. Autorités esclavagistes pas persécutés, commettant ainsi une infraction. L'agence de nouvelles officielle mauritanienne AMI

a rapporté le 23 Novembre que le budget 2008, un montant équivalent à 19 millions d'euros a été alloué pour indemniser les victimes de l'esclavage.

Un nouveau coup d'Etat

Le 6 Août, 2008 se après trois ans, un terme au changement pro-régime, lorsque des officiers de l'armée ont pris le pouvoir et la chute Président Abdallahi et les prisonniers légalement élu. Le Premier ministre a également été arrêté. La radio d'état de fonctionnement relativement indépendante et la télévision ont dû cesser d'émettre. La junte dirigée par le général Mohamed Ould Abdel Aziz. Voici peut-être était la raison principale pour le coup, même se il a fallu plus d'arguments avant le tour. Président Abdallahi a été le premier président de la Mauritanie que son pouvoir ne est pas basée sur le soutien de l'armée et à plusieurs reprises en conflit avec les députés qu'il a accusé d'avoir des engagements avec les dirigeants de l'armée. De plus en plus de députés ont promis leur soutien au président à ce sujet. Puis limogé supérieure militaire après qu'il avait essayé plus tôt de se débarrasser de Abdel Aziz. Le coup semblait donc principalement le résultat d'une lutte de pouvoir entre les hommes politiques civils et sections de l'armée.

Résistance

Sous la population mauritanienne était beaucoup d'opposition d'exister contre le changement de pouvoir. Le 7 Octobre, une démonstration pas officiellement autorisée est tenue à Nouakchott à l'instigation des syndicats pour la réintégration du président déchu. La police a utilisé des matraques et des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants. Il y avait quelques blessures mineures. La junte a interdit le lendemain jusqu'à nouvel ordre toutes les manifestations. Les manifestations dans la capitale ont été répétées le 20 mai 2009 et à nouveau le 28 mai, où il revint à des affrontements avec la police. Le président du Parlement Messaoud Ould Boulkheir, qui, après le coup d'Etat avait refusé de retourner à son poste, appelé au cours des manifestations du 28 mai sur les manifestants à des manifestations de masse. Ensuite, il a dit une conférence de nouvelles: ?? Le sang des manifestants, leurs larmes et leur sueur ne sera pas versé en vain, mais au service des personnes qui luttent contre le pouvoir arbitraire ??.

Bien que certains de réconciliation a été effectuée entre les autorités et les parties de l'opposition, la résistance au nouveau régime est resté. Avec la situation politique était changé également le leader d'origine de l'ancien régime, le colonel Vall, réapparaissent. Il se est inscrit comme candidat indépendant à l'élection présidentielle du 18 Juillet 2009, où il a obtenu peu de succès. L'équité de l'élection a été contestée et a contesté les résultats.

Vall était un promoteur actif de la démocratisation au Moyen-Orient et Afrique du Nord. Le 30 Juillet, il a tenu une conférence de presse dans laquelle il a déclaré que l'élection présidentielle "signifie simplement" étaient à "légitimer le coup d'État de 2008" et a eu la terre »ne revenir à l'autoritarisme qu'il avait vu sous le président Taya.

Vall ajouté, ils vont continuer à lutter contre le gouvernement du nouveau président.

Journée de la colère

De Février 2011 a également trouvé dans les manifestations politiques à l'échelle de la Mauritanie. 25 avril était l'exemple d'autres pays de la région, a organisé une Journée de la colère. L'appel a été suivi dans la capitale Nouakchott et Nouadhibou, la deuxième ville du pays et un centre économique important. Il a été avancé contre le pouvoir excessif qui aurait Président Mohamed Ould Abdel Aziz.
Nouakchott est venu à un affrontement avec la police qui ont utilisé des gaz lacrymogènes. députés de l'opposition ont été interdits d'effectuer de prendre part à la manifestation et 22 arrestations étaient là.


Dernière mise à jour le 23 Octobre, 2011

Cet article fait partie d'une émission spéciale sur le printemps arabe. Successivement, la Mauritanie, la Tunisie, l'Egypte, Bahreïn, Arabie saoudite, Oman, la Jordanie, la Syrie, le Maroc, le Yémen et la Libye discuté.
VOIR AUSSI:
  1.  
  2.  
  3.  
Sans commentaires

Laisser un commentaire

Code De Sécurité