La terreur palestinienne depuis 2000 - décès non-juifs

FONTE ZOOM:
Le caractère aléatoire du terrorisme palestinien conduit à des citoyens non-juifs sont victimes de violence. Bien que les Palestiniens disent se battre contre l'occupation juive, viennent dans des attentats-suicides aussi les non-juifs. Cet article traite d'une jeune fille druze. Ce est la partie VIII de la série du terrorisme palestinien depuis 2000 où les noms sont donnés de 100 victimes.

Non seulement les victimes juives

Dans attaques palestiniennes violentes ne sont pas seulement les Juifs, mais aussi des non-juifs. Prenez Kamar Abu Hamed, douze années de Daliat al-Carmel. Elle était l'une des dix-sept personnes qui ont été tués dans un attentat-suicide d'un bus Egged sur Moriah Boulevard à Carmel près de Haïfa le 5 Mars 2003.

Le bus a conduit à la ville principale Boulevard Moriah dans le Centre Carmel, sur le chemin de l'Université de Haïfa quand une bombe a explosé et il y avait corps éparpillés à travers la route. Le kamikaze a été arraisonné avec une bombe attachée à son corps, chargé avec beaucoup de métal pour fabriquer le plus grand nombre possible de victimes. Au total, 17 personnes ont été tués et 53 blessés.

Kamar, un élève de la huitième année de l'Eglise "E" lycée, était sur son chemin de la maison lorsque la bombe a explosé. Selon son oncle Amir Basha était congé Kamar lorsqu'elle a quitté son cours d'informatique et a raté son autobus habitude. Elle attendit un autre bus lorsque le bus numéro 37 à côté d'elle a explosé. Il croit que la croyance en la réincarnation druze facilitera le processus de perte.

Kamar aimait tout le monde et a tout fait pour réussir à l'école. Bien qu'il y avait des problèmes financiers, la famille a investi tout pour l'éducation de leurs enfants. Famille Abu Hamed a été connu dans Daliat al-Carmel, un village druze sur le mont Carmel. Kamar signifie lune. Elle est enterrée dans le cimetière de Daliat al-Carmel. Elle a quitté ses parents, un frère et soeur derrière.

L'histoire du sergent Tal Alexei Belitzki, 21 années

Sergent Tal Alexei Belitzki de Rishon LeZion est venu avec trois autres soldats le 15 Février 2003, lorsque leur réservoir a roulé sur un explosif de 100 kg alors qu'ils étaient en patrouille dans la bande de Gaza. Le Hamas a revendiqué la responsabilité de l'attaque.

À environ 09h20 le Chabbat matin Patton a conduit le réservoir M-60 par de Gaza autour d'environ 1 km au sud de Dugit. Dans le cadre des leçons apprises lors de trois incidents précédents dans la bande de Gaza où des chars Merkava ont été attaqués, un bulldozer blindé conduit environ 50 mètres dans le réservoir. Le bulldozer semblait aller au même endroit, mais l'explosif n'a pas explosé. Quelques secondes plus tard sur le réservoir et a suivi une série d'explosions à l'intérieur de la cuve où les quatre membres d'équipage ont été tués immédiatement.

Alexei Belitzky immigré il ya environ 6 ans avec sa famille de la Russie et se installe à Rishon LeZion, où il est allé à l'école secondaire. Il a servi dans le réservoir qui a été dirigé par son ami le sergent Doron Cohen, qui a aussi vécu à Rishon. Ils étaient venus à Gaza il ya deux jours après avoir été à Bethléem. Les deux sont entrés dans l'attaque à.

Alexei a commencé son service militaire il ya 2,5 ans et serait prêt en Juillet de 2003. Il a ensuite voulu étudier les soins infirmiers à l'Université hébraïque de Jérusalem. Sa mère l'a décrit comme une personne civilisée qui avait beaucoup de rêves. Il est enterré dans le cimetière militaire de Rishon LeZion. Il quitte ses parents et son frère cadet Boris derrière.


Les noms des victimes de la terreur palestinienne

VOIR AUSSI:
  1.  
  2.  
  3.  
Sans commentaires

Laisser un commentaire

Code De Sécurité