L'arbre généreux, un livre pour jeunes et vieux

FONTE ZOOM:
Bounty Tree est un livre pour toucher les enfants, mais aussi une parabole pour les adultes. Bounty Arbre détient un miroir pour nous et nous fait par de petites phrases simples conscients de nos vies. Un gros morceau de la philosophie dans un très petit paquet.

Shel Silverstein

Shel Silverstein, basée à Chicago, a vécu de 1930 à 1999. Il était un poète, chanteur, musicien, compositeur, dessinateur, scénariste et auteur de livres pour enfants. Il ya un site internet américain, où beaucoup d'informations sur les livres de ses enfants, à la fois pour les enfants et pour les enseignants et les parents. Shel Silverstein en 1965 a publié son livre «The Giving Tree». Le texte et les illustrations de sa main. En 2006, la traduction est parue ce «L'arbre généreux", publié par l'éditeur Mosaic. En 2010, la cinquième édition a vu la lumière. Le livre a été traduit par le célèbre écrivain néerlandais Arthur Japin.

Les arbres et le cosmos

Un monde sans arbres est impensable, compte tenu de ce que les arbres nous donnent Zoal. Oxygène, ombre, des fruits, des noix, du bois, si vous parlez de choses matérielles. Mais les arbres ont aussi un lien avec le cosmos. Ce est dans de nombreux récits mythologiques de toutes les régions du monde en compte. Par exemple, l'arbre du monde centrale de la civilisation maya, qui a grandi en plein milieu de la terre et dont les branches à travers les portes avaient accès à divers mondes cosmiques. Quoi que vous en face: certaines personnes ont d'arbres. Et grandes, épaisses, arbres centenaires inspirer la crainte, ils ont quelque chose de sacré et se réfèrent à un sentiment primal. Où mieux que rêverie parmi les couvert bruissement d'un tel arbre impressionnant?

Communiquer avec les arbres

Il ya des gens qui vont un peu plus loin et de communiquer avec les arbres. Cela passe par l'atmosphère ou l'apparence de l'arbre. Une véritable rencontre avec l'arbre peut être obtenue par le développement intuitive, la kinésiologie, pendule ou la radiesthésie. Ce est évidemment une communication non verbale.
Mais l'arbre du livre "L'Arbre Généreux" peut juste parler! Et il devrait donc être dans les contes de fées.

L'Arbre Généreux

Bounty Arbre raconte l'histoire d'un petit garçon qui aime un arbre et quel bonheur cet arbre ainsi. Le garçon monte l'arbre, manger des pommes, jouer avec les feuilles. Mais le garçon est plus vieux et pas si souvent dans l'arbre, de sorte que l'arbre est triste. Si le garçon revient, il veut de l'argent de l'arbre. L'arbre lui donne des pommes à vendre. Après cela, les branches sont pour une maison et coupe finalement le garçon, maintenant un homme est devenu l'arbre pour prendre un bateau à partir de là. Si l'homme est vieux, il est retourné à l'arbre, et l'arbre - qui est une souche seulement - lui offre une place pour se asseoir. "Et l'arbre était heureux," de sorte que le récit se termine.

Depuis l'apparition du livre en 1965, l'histoire est toujours interprété de différentes manières. Si l'arbre est altruiste ou seulement sacrificielle; si le garçon est égoïste ou que ce est raisonnable pour ce qu'il veut de l'arbre. En d'autres termes, vous pourriez dire: dans quelle mesure nous pouvons imaginer la nature raisonnablement appropriés?

Arthur Japin est enthousiasmé par ce qu'il appelle le chef-d'œuvre de Shel Silverstein et dit: «Il dit dans Le tout Giving Tree je dis ma vie espoir cet Américain a effectivement écrit pour les enfants, maaar gère également toucher les adultes Comment font souvent, je .. Cette brochure aussi à quelqu'un qui essaie de lire, je ne ai jamais l'accomplir avec les yeux secs, parce que ma voix se brise parce que les phrases un aperçu de la signification de la vie est d'attraper ".

"Un aperçu du sens de la vie» ou «un aperçu de l'absurdité de l'existence"? Vous pouvez créer autant de côtés de cette belle histoire. L'arbre généreux est un livre émouvant pour les enfants, mais aussi une sorte de parabole pour les adultes. Dans un texte qui n'a pas encore cinquante phrases est effectivement falaise et cuits comment est la vie de l'homme; que l'enfance relativement insouciante par rapport au reste de la vie; comment l'humanité prend tout ce que la nature a à lui offrir; comment la nature continue à donner et de prendre des restes humains; comment les humains fait ne peut pas faire sans la nature; comment l'homme se rencontre toujours. Une image de l'homme du début à la fin, de soucis à égoïste de nécessiteux. Vous vous sentez désolé pour l'homme, mais aussi avec l'arbre, qui, même réduit à un moignon, inlassablement continué à payer quoi d'autre paie. De grosses larmes pourraient vous faire pleurer il. L'humanité doit à nouveau se tendre un miroir. Ce est presque fait. Nous sommes épuisés, la nature est épuisée et nous pouvons encore se asseoir sur les restes.
VOIR AUSSI:
  1.  
  2.  
  3.  
Sans commentaires

Laisser un commentaire

Code De Sécurité