Le droit à la liberté individuelle dans la CEDH

FONTE ZOOM:
La Convention européenne des droits de l'homme protège un certain nombre de droits fondamentaux et a été signée par la plupart des pays d'Europe et geratificieerd. Le droit à la liberté individuelle est un sujet chaudement débattu que très peu le droit retourné.

Principe 1

Articles pertinents: Art. 5 de la CEDH, art. 9 du PIDCP et Art. 12 GecGW

Toute personne a droit à la liberté physique. Cela signifie qu'ils doivent être protégés contre la privation arbitraire de liberté, on a le droit de vivre en liberté.

2 Exceptions

2.1 La fonction d'un intérêt supérieur
Restrictions sur le droit à la liberté individuelle sont possibles si elles peuvent être justifiées par un certain intérêt plus élevé. Mais il ya encore des conditions attachées à la privation de liberté:
Ils doivent se conformer à l'art. 5 dispositions de la Convention énumérés, ce est-à-dire, entre autres:
  • Art. 5 § 1, c. : Arrêté ou légalement détenu pendant ?? Cela concerne spécifiquement à la détention provisoire.
  • Art. 5 § 1, e. : Concerne la catégorie des malades mentaux, de se protéger contre eux-mêmes et de la société à leur égard
  • Art. 5 § 1, f. : Concerne étrangers

Il doit être une privation légale de liberté:
  • Ainsi, conformément à la législation nationale. Le droit international exige une loi ici au sens le plus matériel du mot. Notre Constitution nécessite, cependant il une loi au sens formel. Compte tenu de la protection de notre Constitution est plus large, elle règne ici.
  • La privation de liberté ne doit pas être arbitraire.

2.2 Les garanties procédurales en cas de privation de liberté
Notification des motifs
Notification des motifs est une exigence absolue de la liberté de voler quelqu'un. Seulement être dévié raisons très exceptionnelles.

Garanties particulières pour les personnes en garde à vue
  • Le droit d'être traduit devant un tribunal
Cela devrait immédiatement ?? ?? produire, ce qui est généralement interprété comme dans les 48 heures. L'intention est claire que le tribunal puisse statuer sur la question de savoir si cette personne doit rester en détention.
En Belgique, la Constitution stipule que si une personne est privée de sa liberté, il doit apparaître dans les 24 heures devant les tribunaux. Le béton doit, dans ce délai, le juge d'instruction de délivrer un mandat d'arrêt doit être maintenue la détention plus.
  • Le droit d'être jugé dans un délai raisonnable.
Si cette condition ne est pas remplie, alors on devrait être libéré en attendant son procès. Dans ce cas, il est plus tard, quand le processus est plein de gène humain libre.

2.3 Droit à un contrôle de la légalité
En cas de privation de liberté, on a le droit de demander une révision par un tribunal de la légalité de la privation de liberté. Ce est tout un processus, qui, entre autres choses doit être garanti les droits de la défense.
En Belgique, celle des chambres, et peuvent interjeter appel devant la chambre d'accusation.
La loi belge ne l'a privé de sa liberté ici même pas à demander. La loi prévoit que le tribunal de chambres dans les cinq jours après la délivrance d'un mandat d'arrêt par le juge d'instruction doit confirmer la perte de la liberté, et ils auront besoin de faire à nouveau le mois.
Au début, les arguments devant la Chambre du Conseil sont plutôt formelle. Savoir quand ils voient qu'il ya des raisons de croire que la personne en garde à vue, les faits dont il est accusé aurait commis, il ya peu de chance que la privation de liberté ne est pas appliquée. Après une plaidoirie de tout, cependant, plus motivée. Un fait de plus en plus se appuyer sur la condition du délai raisonnable.
VOIR AUSSI:
  1.  
  2.  
  3.  
Sans commentaires

Laisser un commentaire

Code De Sécurité