Le droit à la vie dans la CEDH

FONTE ZOOM:
Le droit à la vie est un droit humain si évident qu'il parfois juste d'être négligé. Pourtant, il ya quelques exceptions. Le simple fait qu'il peut y avoir poinçons immoraux à la poitrine, ce est la réalité d'aujourd'hui. Afin de placer les exceptions, il est nécessaire de bien connaître les principes. Articles pertinents: Art. 2 de la CEDH et de l'Art. 6 PIDCP.

Portée

Ce qui est protégé? La durée de vie.
Qu'est-ce que la vie? Tombe en dessous de la vie à naître? La vie est en dessous? Voici poser des problèmes quasi quotidiens. Le débat public fait rage aussi beaucoup.

Gamme

Le gouvernement a à la fois positive et une obligation négative. Une obligation positive est l'obligation de fournir une certaine action. Une obligation négative est l'interdiction de faire certains actes en relation avec les droits humains souvent interdit de se immiscer dans une loi particulière.

L'obligation négative: l'interdiction de limiter
Le principe
Le principe est assez simple. Il ya une interdiction du gouvernement de se saké soignée ingérer dans ce droit. Le gouvernement peut priver quiconque de sa vie, et nul ne peut mettre dans des situations où cette personne est en danger.

Les exceptions
a) La peine de mort
En principe, la peine de mort est une exception autorisée. Ce était en tout cas au moment de la conclusion d'un traité.
En Europe, plus tard ressuscité un grand mouvement contre la peine de mort. Le Sixième Protocole additionnel à la CEDH dispose que la peine de mort a été abolie, sauf en temps de guerre. Le protocole treizième à la CEDH prévoit l'abolition inconditionnelle. Bien entendu, ces protocoles ne se appliquent qu'aux États qui les ont ratifiées explicitement. Cela signifie que cette exception est de facto renoncé, au moins en Europe. Dans le Deuxième Protocole au PIDCP, la peine de mort a également été considéré comme supprimé. En Europe, ce protocole peut ou trouvé une large acceptation, les États-Unis n'a pas adhéré à ce jour.

b) la violence mortelle
Ce est une exception efficace.
Articles pertinents: Art. 2 de la CEDH et de l'Art. 2 du PIDCP
Lorsque les citoyens sont tués à la suite de la violence meurtrière est acceptable, à condition que la force meurtrière est absolument nécessaire.
Cette violence meurtrière délibérément, mais aussi involontairement tué. Dans les deux cas, la nécessité de la force devra être démontrée.

L'obligation positive: l'obligation de protéger le droit à la vie
On est obligé d'accepter un certain nombre de dispositions pénales et à appliquer.
Parfois, il faut aussi prendre des mesures concrètes pour protéger un individu en particulier, se il ya de sérieuses raisons de croire que la personne est authentifiée.
VOIR AUSSI:
  1.  
  2.  
  3.  
Sans commentaires

Laisser un commentaire

Code De Sécurité