Les contrats de travail peuvent contenir des courts délais de prescription

FONTE ZOOM:
Un ancien employé a appelé à un an et demi après avoir quitté son exploitation, une compensation pour les droits de vacances en suspens. Toutefois, l'employeur a refusé de payer. Il a justifié cela avec le contrat de travail avait été convenu que toutes les réclamations en suspens doivent être faites dans un délai d'un mois après la cessation d'emploi.

Le personnel jugé cette clause nulle et poursuivi en justice pour paiement. À son avis, un délai de prescription d'un mois est irrecevable parce que personne ne pouvait donner un aperçu de ses revendications dans ce court laps de temps.
Cet argument fait la sourde oreille devant les juges du travail de Francfort. Les travailleurs ont finalement signé le contrat. Par conséquent, il devra respecter le délai convenu. Et il a fait de ce délai, être déchu de son droit à l'indemnité compensatrice. En outre, l'argument temporelle n'a pas accepté la juridiction. La confiscation de quelques semaines ont également été à l'affiche dans les conventions collectives et les lois.
Ce que cela signifie pour vous: Quand un employé quitte votre entreprise, il est utile pour la planification de votre sécurité lorsque toutes les demandes sont traitées le plus rapidement possible. Vous pouvez y parvenir en installant un délai de prescription pour les créances ouvertes dans vos contrats de travail. La décision du tribunal du travail de Francfort précise que les délais de prescription, même très courts de quelques semaines sont autorisés.
ArbG Francfort / M., 9.4.2003, 7 Ca 8342/02
VOIR AUSSI:
  1.  
  2.  
  3.  
Sans commentaires

Laisser un commentaire

Code De Sécurité