Les travailleurs et la technologie moderne

FONTE ZOOM:
Il a été il ya longtemps que l'on pouvait toujours sans téléphone portable. Aussi, il est depuis longtemps que seules les grandes cartes déployables nous ont montré le droit chemin. Depuis plusieurs années, GSM, GPS et autres gadgets influencés notre monde et ce à notre lieu de travail.

GSM

Rarement nous ne trouvons toujours les travailleurs qui ne ont pas de téléphone. Toutefois, ceux-ci sont souvent fournis par l'employeur. Cela soulève la question de l'utilisation de ces technologies: si vous vous sentez faciles imagine de gain de temps qui peut signifier un GPS pour une entreprise de transport que l'on pourrait oublier que l'employeur peut utiliser cette technologie pour calculer précisément le temps réel associé avec le mouvement de leurs employés.

L'employeur ne peut faire usage de cette technologie dans la manière qui lui convient le mieux?

Dans toutes les conditions, à toutes fins, même se ils sont agressifs? Pas si sûr.

Où il n'y a pas aujourd'hui une loi existe encore qui réglemente cette question néanmoins, il nous semble que ce formulaire de demande est couverte par la loi du 8 Décembre 1992 sur la protection de la vie privée par rapport au traitement des données personnelles. Le traitement de ces données doit donc satisfaire aux conditions de la légalité du traitement des données à caractère personnel qui sont créés mis par cette loi comprennent:
  • un but spécifique, explicite et légitime
  • le consentement préalable des salariés
  • le cas échéant, la déclaration de la rémunération de la Commission pour la protection de la vie privée ?? à vivre.

But

Si le but de la collecte des données est utilisé pour optimiser la circulation et organiser le travail mieux que l'un sera probablement supposé que cet objectif est en conformité avec les dispositions légales. Ce est également le cas lorsque la surveillance constante des employés par exemple, a pour seul but de mesurer la vitesse ou l'efficacité du mouvement? Il ne est pas certain que cette intervention comme légale serait pris en compte et ce, dans le respect des objectifs poursuivis. En outre, la question se pose en relation avec le consentement de l'employé. En effet, le traitement des données à caractère personnel ne peut se faire que si la personne concernée a donné son consentement ou se il est nécessaire à l'exécution du contrat auquel la personne concernée est partie. Pour être valide, le consentement du travailleur doit faire l'objet d'un exercice ambigu, car des employés. La question de la nécessité de réaliser l'accord semble difficile à remplir le transport de marchandises ou la personne transportait il était encore possible avant l'avènement du téléphone mobile ou GPS?

Enfin, une déclaration spécifique en rapport avec les données concernant la localisation de la Commission pour la protection de la vie privée se produire en application de l'article 8 de la loi du 8 Décembre 1992 à vue sur les exceptions qui sera la loi du 13 Février, 2001 fournir, à notre avis, ne peut pas se appliquer ici. Quand peut ainsi utiliser de telles données ne jugé mauvais? Lorsque sera prise en compte qu'il ya une atteinte à la privée ?? vie des travailleurs?

Arrêt du 18 Novembre, 2004

Dans un arrêt du 18 Novembre 2004 à Bruxelles le tribunal du travail a eu l'occasion de se prononcer sur la question.

Réalités

Un chauffeur de taxi a été licencié pour faute grave parce que, malgré les engagements qu'il a commis entrepris sneldheidsovertredingen importante et constante. Le taxi homme l'avis a été donné que son licenciement était illégal de preuves l'accélération contesté a été obtenu grâce à l'installation d'un GPS et ainsi selon lui en raison d'une violation de sa vie privée ??.

Théorème de la Cour

Travail était d'avis que localiser dans la mesure où la compagnie de taxi le système GPS utilisé à la fin de ses véhicules et que ce congé en raison de sa proximité avec un taxi à envoyer à un client en aucune façon une violation de la vie privée? ? la vie continue pour la gestion normale d'une compagnie de taxi. L'objectif était donc, selon la Cour est de surveiller le comportement des conducteurs, d'une façon ou d'une autre, il n'y avait pas un seul agent a été lancé pour les espionner.

Donc, il faut prendre en considération dans ce cas que l'objectif soit légitime?

L'objectif initial de la gestion normale d'une entreprise de taxi n'a pas été évitée à évaluer les employés et les sanctionner éventuellement. Tout va bien sûr avoir à faire avec le cas, l'utilisation rationnelle et raisonnable de ces technologies.

La frontière peut sembler très petit, attention aux abus!
VOIR AUSSI:
  1.  
  2.  
  3.  
Sans commentaires

Laisser un commentaire

Code De Sécurité