Monétiser réduction de CO2

FONTE ZOOM:
Le traité de Kyoto est mis d'accord sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Les 37 pays les plus riches se sont engagés à émettre dans la période 2008-2012, en moyenne, à effet de serre de 5% de moins qu'en 1990. Cet événement est en train de devenir la grande entreprise.

Sur la base de l'accord

Comme base des émissions par pays a été prise en 1990. Les 37 pays les plus riches avaient l'obligation d'une moyenne de 5% par année les émissions de moins. Mais parce que les émissions de GES est un problème international, il ne est pas nécessaire de réduire les émissions au pays, mais cette réduction peut également être obtenu grâce à des investissements dans d'autres pays, ce qui réduit les émissions là. Supposons que la décision des Pays-Bas à investir de l'argent en Inde, par exemple pour construire une usine hydroélectrique il. Cela permettra de réduire les émissions de CO2 en Inde et aux Pays-Bas est conforme à son objectif de réduction auto-imposé. Car la nature n'a pas d'importance si la réduction en Europe ou en Inde est obtenu. Pays-Bas peut réaliser ses objectifs à moindre coût.

De économies de coûts pour faire de l'argent

Si les économies ailleurs supérieur à la moyenne de 5%, les entreprises obtiennent ici aux Pays-Bas encore plus les émissions. Le règlement de cette a lieu à travers la soi-disant CER ?? s. Mais au lieu de se plus à émettre peut vendre les entreprises choisissent la droite. Avant un véritable échange de droits d'émissions a été fixé. Actuellement, le prix du droit est d'émettre une tonne de CO2 à propos ?? 15, -.

Ailleurs dans le monde mis en place un tel projet, il est vérifié à ce que cela entraîne des économies. Mais il ya des coûts associés à chaque projet est calculé avec des coûts et la recherche € 60,000 coûts de démarrage € 30,000. Par conséquent, il a été jusqu'ici seulement ?? acquise dans ces projets ?? dans des propriétés industrielles et les producteurs d'énergie dans les pays du tiers monde. Or, dans le projet de gazoduc, destinée aux particuliers.

Projet pilote au Mexique

Le cabinet de conseil australien cool NRG a lancé un projet pilote à Puebla au Mexique. Il obtenir 250 000 ménages de quatre LFC par ménage servis. Si le projet réussit, il sera répété 29 fois. Mais afin de financer un projet d'une telle ampleur, la société australienne a besoin de partenaires. Quels sont Philips, ING Wholesale Banking et devenir Eneco. Le projet a été approuvé par le comité des Nations Unies de l'environnement.

Philips propose un total de 30 millions de lampes à économie d'énergie; partie contre paiement et le parrainage en partie le projet. Pour financer le projet un prêt fermé. Le coût du projet est partiellement financé par le gouvernement mexicain et en partie par le prêt ING. Le total est estimé à 100 millions de dollars. Pour couvrir le prêt avec Eneco a signé un coopération dans le domaine de la vente de quotas d'émission. Eneco dispose d'un secteur économique majeur qui achète et vend, entre autres droits d'émission. Prévue pour réaliser le projet 7.000.000 tonnes indemnités à l'épargne. Et au prix du marché actuel de ?? 15, - par tonne est le potentiel de ce projet de 105 millions. Cela ne veut pas dire que Eneco aussi pour ce montant émis des garanties. Mais il est clair que le prix actuel de quotas d'émission, le projet dans une base gagnant des dizaines de millions d'euros ?? s. Monétiser réduction de CO2 ainsi.

Échange de droits d'émissions futures

Selon les résultats du prochain sommet sur l'évolution du climat en Décembre 2009, il est prévu que des initiatives similaires à l'avenir seront appliquées sur une grande échelle. Il est même concevable que les quotas individuels iront à acheter. Si ce est juste pour être ainsi en mesure de payer leur vol et qui ne peut être réalisée avec un climat à l'avenir. Ailleurs planter un arbre ne suffit plus.
VOIR AUSSI:
  1.  
  2.  
  3.  
Sans commentaires

Laisser un commentaire

Code De Sécurité