US procès contre UBS sur le secret bancaire

FONTE ZOOM:
Les Etats-Unis ont entamé des procédures judiciaires contre UBS, la plus grande banque de Suisse et l'une des plus grandes banques dans le monde. L'enjeu est l'identité de certains 52 000 citoyens américains qui tiendrait un compte à la banque suisse. Sur ces comptes ne taxe a été payée à l'Internal Revenue Service, les autorités fiscales américaines. Ce litige est aussi un test pour le pouvoir du secret bancaire suisse.

Le premier cas

Au début de 2009, les autorités américaines UBS forcé de donner à la version particulière de certains 20 000 Américains entre 2002 et 2007 a eu un compte privé à UBS. Sur ces comptes était estimée à 20 milliards de dollars. Autour de 17 000 de ces comptes ont été maintenu caché de l'IRS. En vertu des lois des États-Unis, les citoyens américains ont l'obligation de renoncer à tous les comptes à l'étranger avec l'équilibre est plus de 10 000 USD. La question était depuis plusieurs années et aurait frappé le cœur du secret bancaire suisse.

Le règlement

UBS initialement semblait être disposé à parvenir à un règlement. UBS paierait 780 millions de USD et de libérer les noms de clients américains en échange de la cessation des poursuites pénales. Les autorités américaines menacées savoir pour expliquer les activités importantes de l'UBS à l'agneau aux États-Unis. La banque suisse gère plus de 600 milliards $ pour les clients des États-Unis, ce qui représente environ 30% des actifs investis de la banque. Il ya aussi un intérêt américain. Aux États-Unis, environ 27 000 personnes qui travaillent pour UBS.

UBS a admis que les Américains avaient activement encouragé à nous soustraire à l'impôt sur le revenu. Peter Kurer, président d'UBS, a déclaré que la vie privée des clients est toujours primordiale se élevait à UBS, mais il n'a pas été créé dans le but de commettre un acte de fraude. Le 15 Avril 2009, donc après cette entente de règlement datée du 18 Février, 2009 Peter Kurer a été remplacé par Kaspar Villiger.

Réunion du G20 à Londres

L'affaire "Etats-Unis contre UBS" a encouragé les autres gouvernements à la Suisse de mettre la pression sur. Inclure Suisse venu pour être le centre de l'attention lors de la réunion du G20 à Londres, où se attaquer aux paradis fiscaux a été considérés comme faisant partie de la lutte contre la crise du crédit. Cela a également encouragé les Pays-Bas, en la personne du Secrétaire d'État Jan Kees de Jager des Finances à entamer des négociations avec la Suisse et d'autres paradis fiscaux. Suisse semblait se accrocher dans les cordes.

Action

Cependant, l'affaire "Etats-Unis contre UBS" a pris la réunion du G20 une tournure différente. Le gouvernement suisse UBS était de ne pas abandonner juste comme ça tous les noms demandés. Cela serait contraire au secret bancaire suisse légale. Le procureur américain a annoncé à l'affaire devant le tribunal civil d'expliquer: "le poids de la loi américaine" serait utilisé pour se assurer que les lois fiscales américaines seraient observés. A présent, il ne était plus seulement 20 000 comptes, mais 52 000 citoyens américains. Le gouvernement suisse a annoncé alors qu'ils feraient tout en son pouvoir pour empêcher les informations confidentielles demandées seraient transférés aux autorités américaines. Si nécessaire, l'information serait confisqué. Et UBS, à son tour, peut être poursuivi en Suisse pour violation du secret bancaire. Il ya une peine de prison.

DTC USA-Suisse

«La Suisse ne laisse aucune ambiguïté sur le fait que le droit suisse interdit à l'UBS à tout jugement à la main pour assurer l'information sur les titulaires de comptes, ??, le ministère de la Justice à Berne." Sera sur la base de la décision historique du Conseil fédéral UBS absolument pas en mesure de suivre un tel jugement. ?? La Suisse estime que la nouvelle convention fiscale entre les États-Unis et la Suisse concerne la lutte contre l'évasion fiscale, mais il doit exister un soupçon grave. Cependant, il ne peut être que il ya la pêche pour des informations sur les titulaires de compte.

UBS entre le marteau et l'enclume

La procédure pénale est si commode. Seuls 250 noms ont été libérés et les autorités américaines ont pris aucune satisfaction il, d'où le procès civil. Cette affaire était dans le rôle Lundi 13 Juillet 2009 à la cour de Miami. Les parties ont eu l'occasion à ce moment pour parvenir à un règlement. Cela n'a pas fonctionné. Au lieu de cela, les parties ont demandé une prolongation jusqu'au 3 Août 2009. UBS est légalement pris en charge par le gouvernement suisse. Toutefois, la banque est dans une situation embarrassante. Aux États-Unis, UBS est confrontée à des sanctions, tandis que ses sanctions de coopération peuvent être applicables en Suisse. Cependant, l'affaire est suivie de près par tous les adversaires des paradis fiscaux.
VOIR AUSSI:
  1.  
  2.  
  3.  
Sans commentaires

Laisser un commentaire

Code De Sécurité