Montagne montée vers le Rocciamelone

FONTE ZOOM:
Smorgens cinq heures et demie, nous laissons Baarle, avec deux expérimenté, un demi-expérimentés et deux nouveaux tracteurs dans les Alpes. Avec trois personnes à l'arrière d'un fichier quelques fois, ce Maurice doit être le jour le plus difficile de la randonnée alpine. A 19h00 nous arrivons à Bessans, tous 1732 mètres de haut. Tout le monde dans le trekkerspak, joliment poli bottes de randonnée, sac à dos, carte militaire, et le vrai travail peut commencer. L'intention est à l'abri d 'Averole marche, mais après une heure de marche et la menace d'un orage, nous décidons d'abord construire nos tentes plutôt d'être dans un endroit sec de temps à l'intérieur. Nous avons un bel emplacement sur la rivière à La Lombarde Goulaz 1760 m donnant sur un glacier. ?? La nuit, il commence à pleuvoir et la pluie reste aussi longtemps, mais les tentes résisté à la tempête.

11 août: Col de L ?? Autaret 3072 mètres de haut

Notre premier petit déjeuner dans la nature, puis à Refuge d'Avérole. Il ne est pas facile à obtenir dans une bonne cadence et un tracteur connu me avait prévenu que "regarder votre respiration." Maintenant, pour moi, faire les pas de côtés, le problème était aussi entre les oreilles, l'anxiété est entré en jeu. Je ?? matin, mais pas à chercher dans les jumelles, que les crevasses affreux.

La dernière pièce à Refuge d'Avérole est une montée raide. Maurice a demandé de la météo, le gestionnaire ce qui semble discutable, mais se il voit qu'il met que nous avons des tentes à la lumière verte. Nous marchons un long chemin dans la vallée du col de l'Autaret. Tonnes de plomb, qui suit les cairns qui ne sont pas nos hommes. Conséquence: Ton et Miek pied à l'étage, Maurice ci-dessous. Kees travaille avec la direction de Hans, qui ne est pas en cours d'exécution comme une chèvre de montagne et Hans pense à ce moment qu'il ne sera jamais. À un moment, nous sommes passés de la ligne de mire, et certains se sentir seul dans le monde. Kees siffler et nous appelle à commander, nous allons à partir de maintenant terme dans l'ordre. Maurice en premier, puis suit Mieke, puis Kees et Ton retour. Maintenant mieux et nous arrivons à 17,00 sur le col de l'Autaret. Sur le sol italien, donc de nouvelles terres sous nos pieds. Les nouveaux dissidents deviennent un peu plus de courage maintenant, ils ont atteint cette hauteur. Il ya un vent fort, mais la vue est magnifique. Nous descendons au Lac de l'Autaret 2985 m. Ici, nous mettons en place nos tentes. Près du lac, très romantique mais est-ce sécuritaire. Nous risquons, mais Kees et Miek ne faisons pas confiance ici. Comme la nuit, le flux est un fleuve, il est prédit mauvais temps, la tente pourrait bien être un bateau. Donc, une tente est un petit stand supérieur et sèche-linge. Ce est assez froid et il ya de fortes rafales de vent avec encore un peu de neige. Notre gourou du tracteur ne se sent pas bien et la recherche de la chaleur et de repos dans son sac de couchage.

Nous faisons des repas chauds Hans prête: la purée avec du fromage, légumes, viande et poisson et les noix de cajou. Cela permet d'économiser un peu de poids pour lui. Kees fait de son mieux pour travailler dans le repas, mar il manque la sauce. Mais Kevin est bon et manger son assiette vide. Nous explorons avec cinq dans une tente d'attraper un peu de chaleur à partir de l'autre. Maurice avait pas d'appétit, mais il commence à remettre en état un peu. Heureusement, nous avons pas besoin de penser à ce sujet à cette altitude perdre notre guide. Ton pense que ce est bien que il ya des invités à la maison, mais avec ses longs bras et les jambes, il ne connaît pas davantage d'avocats dans un tel mini-tente. Donc, nous allons tous retourner au lit tôt. Dormir est pas si vite encore, laissez le vent claquant la tente correctement. La tente à l'eau a alors aussi le bruit de ballottement eau. Donc, nous assoupissons encore lentement.

12 août: Lac de Malcioussia.

Le temps, les tentes se décomposent et vers le bas. Il fait trop froid pour un bon petit déjeuner. La glace est dans la casserole avec de l'eau et le vent est toujours notre invité. Après une heure de marche, nous prenons le temps pour le petit déjeuner. Nous décidons de marcher sur le trajet autrement. Nous ne descendons pas à la Margone du village pour notre approvisionnement alimentaire, cinq d'entre nous, nous avons encore assez de nourriture pour tout le voyage. Donc, nous pouvons garder une certaine hauteur. Nous marchons à col di Spiole 2600 m direction Plan d'Sule 2526 m. Si nous arrivons à l'autre côté du Col di Spiole, il n'y a rien, mais le brouillard. Et puis, comme si un rideau se ouvrit pour nous, nous obtenons une vue magnifique sur le lac de Malcioussia et Refugio Albergo Vulpot 800 pieds au-dessous. Merveilleux! Nous assis tranquillement sur un rocher. Profitez de la chaleur et de la visibilité.

Et puis bien sûr de l'action à nouveau! Nous descendons dans une secousse vers le lac. Pull ou, courte ou un pantalon long? Le voyage entier est la délibération. La descente ressemble à un grand jardin fleuri avec une abondance d'herbes alpines. Dans refuge Vulpot nous sommes juste à temps pour avoir un bon dîner le bocal rempli. La nourriture est bonne, et le pain que nous mangeons ne est pas le sac à dos. Toujours mieux que hardkacks, non? Au bord du lac, nous climatiser nos pieds, le temps pour polir les chaussures et vous recherchez un endroit pour dormir. Maurice déplacer de la variation de la tente sur sa tête. Kees trouver un meilleur endroit pour dormir. Ne serait-il? Nous traversons le pont pour Kees sa place. Maurice va avec son sac à dos sur la moitié tente dans la main, axé sur les pierres se trouvant dans l'eau. Ce est faux! Nous voyons les projections d'eau considérable. Et puis Maurice derrière les buissons disparu mais nous voient en lui en douceur de nouveau le chemin. Un soupir de soulagement. Comme notre guide, nous pouvons échouer ou emballage.

13 août: Refuge Tazzetti 2646 mètres.

Via Valle Lombardi Refuge Tazzetti. Nous passons régulièrement cascades, qui ont toujours un attrait particulier. La cadence d'escalade est bon dans ce domaine et ainsi nous arrivons à 13h30 au Refugio Tazzetti. Huit cents altimètres avec 20 kg sur le dos en deux heures et demie, pas mal, jusqu'à ce que nous découvrent que le marathontop africaine a pratiqué ici et exécute la même distance dans une demi-heure. Nous sommes de retour juste à temps pour un repas chaud. Spaghetti avancent une salade de pommes de terre légume savoureux et un dessert après. Le fluide de travail de la montée rend l'abri banc de bois tout mouillé. À une certaine distance, hors de la vue du refuge nous allons camping. Nous décidons le lendemain pour se lever 6h00, parce mercredi est le grand jour. Au sommet, à nouveau dans le temps entre les feuilles.

14 août: sur le haut.

L'alarme de la montre est trop profondément dans le sac de couchage et nous ne avons donc pas entendu. Mais nous ne avions pas vraiment compté sur, heureusement il ya toujours des lève-tôt. A 07h30 nous sommes prêts vertrekkens. Sur la Rocciamelone! Long d'une crête, nous montons au Col della Resta 3183 m, à propos de Roche Melo Glacier et par l'arête Nord-Ouest, entre la neige et le gravier, nous atteignons le sommet. Il est parfois un peu d'art de l'escalade nécessaire, mais nous nous précipitons rien et il va bien. Le premier contact glacier pour les recrues ne est pas trop mauvais. Maurice dit que si nous obtenons la chapelle au sommet, maintenant pardonne tous vos péchés. Nous venons de motivation pour atteindre notre objectif.

Le sommet de la Rocciamelone.
Ci-dessus arrivés à 12h30 nous embrassons l'autre, et Ton obtient le plus de baisers, pourquoi? Il ya juste un mauvais cours avec le pasteur et une douzaine de croyants. Apôtres? Il ya une atmosphère étrange que son chant de la chapelle à cette altitude. Nous regardons autour et de voir les scènes du prêtre sont un pain frais. Kees tire de l'eau de sa bouche, il ne est toujours pas utilisé pour les biscuits secs. Mais malgré cela, après cette «pèlerinage» peut pécher, nous quittons le pain à Notre Seigneur. Ce est un grand sentiment ci-dessus. Pendant quatre jours, nous regardons cette montagne, maintenant, nous sommes au-dessus de lui et regarde les nombreuses autres montagnes vers le bas. Le monde que nous devrait pouvoir! Hans se sent de plus en plus la chèvre de montagne.

La descente le long de la partie française du glacier.
Satisfait nous commençons notre descente. Nous espérons trouver le chemin correct du glacier. Cela devrait fonctionner avec deux altimètres et les bénédictions d'en haut. Sans le contrôle des passeports, nous sommes à nouveau en France. Sur le glacier sans crampons, laisse, cela aussi devrait pouvoir! Il est tout aussi effrayant que vous marchez sur un flux de glacier, vous ne perdez. Maurice a trouvé le squelette d'une peau de chamois dans un gletjerbeekje. Puis nous nous rendons sur le glacier, les roches, à la vallée de ruban. Nous y arrivons vers 17h30 avec les genoux tremblants. Treize cents altimètres relèvent vous ne faites pas tous les jours. En soirée, repas chaud mangé par Kees, cette fois avec la sauce bien sûr! Beaucoup boisson est faite ce soir, donc le sommeil que nous faisons.

15 août: Bessans et à l'arrière.

Avec tout ce que la douleur dans nos cœurs nous rompons notre cabine sur. Nous quittons lentement les montagnes. Nous marchons ce matin par une belle vallée et sommes accueillis par les marmottes régulièrement. Nous obtenons également le village le plus long abandonné l'Arcelle. Dans notre imagination, nous construisons le village entier de nouveau, et aller comme «dieu en France ?? vivre. Il ya une maison rénovée et à la vente. Notre chef obtient maisons affamés et notez le numéro. Qui connaît un certain temps »Maurice en France." Sur l'après-midi, nous arrivons à Bessans. Nous nous habillons dans la voiture, chasser les cieux de travail, et de profiter de manger au restaurant "Le Mont Iseran. Un bon verre de bière, un toast à notre travail et un repas de quatre plats. Dans Bessans est la partie de l'année en cours. Les gens chantent et dérivant le long, même en costumes folkloriques, à travers les rues de la ville. Le contraste est très grand, la tranquillité des montagnes aux festivités exubérantes.

Nous conduisons une direction nord quelques heures et le camping le long du chemin. Altimètres sont désormais plus importante. Cependant, on a droit à des feux d'artifice. Cela a eu que le français doit maintenant vraiment pas!
VOIR AUSSI:
  1.  
  2.  
  3.  
Sans commentaires

Laisser un commentaire

Code De Sécurité